Back to top

#Irak

#Irak

Depuis octobre 2019, une nouvelle vague de manifestations pacifiques se déroule en Irak réunissant différents groupes ethniques et politiques, après des années de mouvements de protestation des différents secteurs de la société. Les manifestations sont menées par des défenseur-ses des droits humains irakiens qui manifestent contre le gouvernement lui-même ainsi que contre les groupes armés et politiques non étatiques, la corruption endémique, la lutte économique et pour exiger des services publics de base et fonctionnels. La police, l'armée et les groupes armés répriment ces manifestations en employant une force meurtrière et en éliminant le droit de rassemblement et à la libre expression. Des balles réelles ont été utilisées contre des manifestants pacifiques, ce qui a entraîné la mort de centaines de manifestants, dont de nombreux défenseur-ses des droits humains, tandis que d'autres ont été enlevés et attaqués.

Les défenseur-ses des droits humains irakiens sont victimes d'assassinats, d'enlèvements, d'arrestations arbitraires et de disparitions forcées. L'Irak est considéré comme un pays extrêmement dangereux pour les défenseur-ses des droits humains, en particulier en raison de l'ubiquité des groupes armés qui représentent une menace supplémentaire et entravent leur travail.

Les femmes défenseuses des droits humains font l'objet de campagnes de dénigrement sur les réseaux sociaux en raison de leur participation à des manifestations et sont spécifiquement ciblées par des enlèvements et des assassinats, en particulier dans la ville méridionale de Bassorah.

Malgré la nomination d'un nouveau gouvernement par le parlement irakien en mai 2020 en réponse aux manifestations, l'administration ne parvient pas à protéger les défenseur-ses des droits humains. Plusieurs ont été assassinés dans les mois qui ont suivi. Les manifestations pacifiques se poursuivent et les défenseur-ses des droits humains se mettent toujours en danger pour réclamer un changement réel.