Back to top

#Liban

#Liban

Les défenseur-ses des droits humains au Liban sont victimes de détentions, poursuites judiciaires, harcèlement, menaces et restrictions de leurs déplacements. La Constitution libanaise garantit la liberté d’expression et la liberté de la presse et un grand nombre d’organisations pour la défense des droits humains opèrent dans ce pays. Cependant, le gouvernement est très sélectif lorsqu’il décide quelle organisation il reconnaît officiellement. Les défenseurs des droits humains travaillent dans une atmosphère tendue, créée par le climat politique instable et l’héritage de la guerre civile du Liban. Dans certains cas, non seulement les défenseur-ses des droits humains sont injustement accusés, mais ils sont poursuivis devant les tribunaux militaires.

Les personnes qui travaillent avec les populations de réfugiés font l’objet d’une surveillance particulière. Le harcèlement prend la forme de restrictions de leurs déplacements, d’assignations et d’interrogatoires répétés. Ils sont souvent accusés de diffamation envers la réputation de l’État, de troubler l’ordre public et même de trahison. Ils sont aussi menacés de voir les organisations pour lesquelles ils travaillent devenir illégales.