Back to top
Gao Zhisheng

Gao Zhisheng

DDH, avocat
Article de The Guardian
2016

Gao Zhisheng: persecuted Chinese lawyer smuggles out book of abuses

Article de l'AP
2015

Leading China lawyer says he was tortured

Article du The Washington Post
2014

A Chinese Activist: Out of prison but not free

Ma route est pavée de pièges et d'épines. Elle est teintée par le sang et les larmes de ceux qui l'ont empruntée avant moi. C'est pour l'amour de cette terre appelée Chine que nous avançons à travers cette épreuve. La notre est un chemin qui mène à la justice et à la gloire.

Gao Zhisheng est avocat en droits humains; il travaille régulièrement sur des affaires de persécutions des minorités religieuses, notamment des pratiquants de Falun Gong et les personnes affiliées au mouvement non officiel de l'"église domestique". Pour cela et d'autres causes, Gao Zhisheng a disparu de force plusieurs fois, et selon les interviews qu'il a accordées aux médias, il a été brutalement torturé. Son cabinet d'avocat a été fermé en 2005 et l'année suivante, il a été assigné à résidence après avoir été reconnu coupable d'"incitation à la subversion du pouvoir".

En février 2009, alors qu'il était soi-disant en liberté surveillée, Gao Zhisheng a été arrêté au domicile d'un proche et l'on est resté sans nouvelle de lui jusqu'à ce qu'il refasse brièvement surface en mars 2010. Il a de nouveau disparu fin avril 2010 et en décembre de la même année, des médias publics chinois ont indiqué qu'il était emprisonné pour trois ans. En août 2014, il a été libéré, mais il reste sous surveillance étroite et assigné à résidence, coupé de tout contact avec le monde extérieur.

Les DDH chinois sont la cible d'intimidation, harcèlement, assignations à résidence, torture et emprisonnement. Ils doivent également opérer dans un cadre législatif très restrictif; il existe des lois qui criminalisent toutes les manifestations non autorisées et qui exigent le soutien du gouvernement pour l'enregistrement des ONG, ce qui est refusé à toute organisation opérant dans le domaine des droits humains. De vastes enquêtes sur les ONG ayant des liens avec des organisations étrangères ont été menées en 2014 et 2015, entrainant harcèlement, détentions et fermetures forcées.