Back to top
hrd_anon_nampa.jpg

Anon Nampa

DDH & avocat en droits humains
Thai Lawyers for Human Rights

Anon Nampa est avocat en droits humains et travaille pour Thai Lawyers for Human Rights -TLHR (avocats thaïs pour les droits humains). TLHR a été fondé en 2014 dans le but d'apporter une aide juridique aux personnes accusées d'avoir violé la loi sur les crimes de lèse-majesté et les militants ciblés par les autorités après le coup d'État militaire du 22 mai 2014. Anon Nampa a défendu de nombreuses personnes accusées de lèse-majesté en vertu de l'article 112 du Code pénal, notamment le défenseur emprisonné Jatupat Boonpattararaksa. Il défend également des militants anti-junte. Il apparait dans deux vidéos musicales contre la jute, produites par Resistance Citizen: Chup Yoei Chan-o-cha (satire sur les leaders de la junte) et Yang Ni Tong Ti Khao (campagne contre le projet de charte de la junte).

Après avoir pris le pouvoir lors du coup d'État de 2014, le Conseil national pour la paix et l'ordre (CNPO) maintient une poigne de fer sur le pays, par le biais d'une multitude de lois restrictives. L'intolérance de la junte à l'encontre des opinions dissidentes engendre un climat peu sûr pour les défenseur-ses des droits humains. L'acharnement judiciaire, qui reste l'un des outils les plus fréquemment employés pour réduire les DDH au silence, s'est intensifié, et des accusations de diffamation ou autre, sont portées contre eux. Les DDH sont la cible de surveillance physiques ou sur internet, de campagnes publiques de diffamation et de menaces. Plusieurs évènements, notamment le lancement de rapports sur les droits humains, ont été interrompus et des rassemblements publics ont été interdits. Les DDH sont également victimes d'agression, de détentions arbitraires et d'exécutions extrajudiciaires.