Back to top

#Zambie

#Zambie

Territoire sans accès à la mer et sans grande histoire politique troublée ou violente, la Zambie fait rarement la une des grands médias. Par conséquent, la défense des droits humains et les défis rencontrés par les acteurs de la société civile restent largement passés sous silence. Plusieurs groupes de plaidoyer qui parlaient ouvertement de la question des droits humains à la fin des années 1990 se sont écroulés après que leurs leaders ont été récupérés par la politique partisane et suite à la diminution des fonds des donateurs.

Pour la nouvelle génération de DDH zambiens, le risque d'être coopté ou réduit au silence reste élevé. Cela est en partie dû à la dynamique politique toujours changeante, qui crée un environnement où les politiciens cherchent constamment des alliés. Il y a également une apparente indifférence de la communauté internationale lorsque les DDH sont menacés. Malgré un environnement qui ne semble pas hostile aux DDH, le harcèlement et les menaces sont rampants, mais très subtils. Les DDH qui sont ciblés par ce harcèlement sont ceux qui plaident pour la bonne gouvernance, ainsi que les journalistes qui pratiquent un journalisme d'investigation.

Les DDH qui travaillent sur les questions relatives aux personnes LGBTI le font généralement de façon souterraine et ont constamment peur d'être pris pour cibles. Plusieurs mauvaises lois interfèrent aussi avec le travail des DDH, en particulier la loi sur la gestion de l'ordre public, la loi sur les médias et la loi sur les ONG.