Back to top

#Cuba

#Cuba

2015 a vu de nombreuses évolutions rapides relatives au statut diplomatique de l'ile, notamment depuis la reprise des relations diplomatiques avec les États-Unis. Une fin de l'embargo économique semble aussi possible et d'autres changements ont déjà été accomplis, notamment la libération de plusieurs personnalités de l'opposition et défenseur-ses des droits humains. Bien que la situation générale semble s'être améliorée, aucun changement officiel n'a été apporté au Code juridique ou à l'administration de la sécurité et des services de renseignements du pays.

Il semble y avoir un changement de tactique ; au cours des premiers mois de 2015, les détentions de courte durée de défenseur-ses des droits humains, journalistes et critiques du gouvernement ont augmenté, comparé aux peines de détention longue durée précédemment utilisées. Les notions d'"ordre public" et de "sécurité nationale" sont utilisées pour criminaliser les DDH et les accuser d'"agression" et de "rébellion".

Tandis que la nouvelle constitution promulguée en 2008 contient des clauses relatives à l'environnement et à sa protection, depuis plusieurs années, le gouvernement autorise des corporations multinationales à exploiter les réserves de pétrole et de gaz, au prix d'une dévastation écologique et au détriment des communautés autochtones. Les DDH qui protègent l'environnement sont de plus en plus souvent pris pour cible et ont besoin de protection.