Back to top

La défenseuse des droits humains Mahienour El-Masry placée en détention préventive

Statut: 
Emprisonnée
À propos de la situation

Le 13 janvier 2018, la cour d'appel d'Alexandrie a acquitté Mahienour El-Masry et Moatassem Medhat des accusations de manifestation illégale, d'avoir commis un acte de brutalité et d'avoir insulté le président de la république, ce qui vient annuler la peine de deux ans de prison prononcée en première instance.

Le 30 décembre, la DDH Mahienour El-Masry a été condamnée à deux ans de prison pour des accusations relatives à une manifestation contre la concession de deux iles de la Mer Rouge (Tiran et Sanafir) en avril 2016.

Le 16 décembre 2017, Mahienour El-Masry a été transférée de la prison pour femmes Qanater vers la prison Ab'adiya à Damenhour, dans le gouvernorat de Beheira.

À propos de Mahienour El-Masry

Mahienour El-MasryMahienour El Masry est une défenseuse des droits humains basée à Alexandrie; elle œuvre en faveur de l'indépendance du système judiciaire et des droits des prisonniers en organisant des manifestations pacifiques, en sensibilisant le public par le biais des médias sociaux et en organisant le soutien des prisonniers politiques sous la forme d'évènements solidaires et de levées de fonds pour payer leurs cautions.

5 Janvier 2018
Condamnée à 2 ans de prison pour avoir manifesté

Le 30 décembre, la DDH Mahienour El-Masry a été condamnée à deux ans de prison pour des accusations relatives à une manifestation contre la ratification de la concession par l'Égypte de deux iles de la Mer Rouge (Tiran et Sanafir) à l'Arabie Saoudite en juin 2017.

La décision du tribunal d'Alexandrie pour les mauvaises conduites prend en compte les accusations liées à des rassemblements, manifestations sans autorisation et insultes envers le président.

Mahienour El-Masry œuvre en faveur de l'indépendance du système judiciaire et des droits des prisonniers en organisant des manifestations pacifiques, en sensibilisant le public par le biais des médias sociaux et en organisant le soutien des prisonniers politiques sous la forme d'évènements solidaires et de levées de fonds pour payer leurs cautions.

 

21 Novembre 2017
La défenseuse des droits humains Mahienour El-Masry placée en détention préventive

Le 18 novembre 2017, le tribunal d'Alexandrie pour les mauvaises conduites a ordonné la mise en détention préventive de Mahienour El-Masry, en raison d'accusations liées à une manifestation pacifique contre le fait que le gouvernement égyptien n'applique pas les décisions prises par le système judiciaire.

Download the Urgent Appeal (PDF)

Le 18 novembre 2017, le tribunal d'Alexandrie pour les mauvaises conduites a ordonné la mise en détention préventive de Mahienour El-Masry et de son co-accusé Moatassen Medhat, en raison d'accusations liées à leur participation à une manifestation pacifique en juin 2017 contre le fait que le gouvernement égyptien n'applique pas les décisions prises par le système judiciaire. Les deux défenseur-ses des droits humains, ainsi que trois autres qui n'ont pas été placés en détention, sont accusés d'avoir "insulté le président de la République", d'avoir commis des "brutalités", et d'avoir manifesté illégalement. Mahienour El-Masry assistait à une audience devant la cour lorsque l'ordre a été donné et la décision a été appliquée immédiatement.

Mahienour El-Masry a été accusée avec deux autres défenseur-ses des droits humains, Moatassem Medhat et Asmaa Naiem, ainsi que deux militants, Waleed Al-Omari and Ziad Abu Al-Fadel. Bien que des centaines de personnes aient participé à cette manifestation, il semble que Mahienour El-Masry, Moatassem Medhat et Asmaa Naiem soient pris pour cible en raison de leur travail en faveur des droits humains. La prochaine audience a été fixée au 30 décembre 2017.

En avril 2016, lors d'une vague d'arrestation de plus de 300 personnes au Caire, à Alexandrie et dans d'autres gouvernorats, les forces de sécurité égyptiennes ont arrêté plusieurs défenseur-ses des droits humains et les ont transférés dans différents poste de police. Cette vague d'arrestation avait été lancée en représailles à une série de manifestations organisées le 25 avril 2016.

Mahienour El-Masry est constamment harcelée par les autorités égyptiennes; elle a notamment été condamnée à deux ans de prison en 2014 pour avoir participé à une manifestation, peine finalement réduite à 6 mois; un ordre de détention préventive avait été émis en 2015 et la même année, une peine d'un an et trois mois de prison avait été confirmée, pour un sit-in contre les agressions policières.

Front Line Defenders exhorte les autorités égyptiennes à :

1. Abandonner immédiatement toutes les charges portées contre Mahienour El-Masry, Moatassem Medhat et Asmaa Naiem, car il semble que cela soit uniquement lié à leur travail légitime et pacifique en faveur des droits humains;

2. Libérer immédiatement et sans condition Mahienour El-Masry et Moatassem Medhat car Front Line Defenders pense qu'ils sont pris pour cible uniquement à cause de leur travail en faveur des droits humains en Égypte.

3. Garantir qu’en toutes circonstances, tous-tes les défenseur-ses des droits humains en Égypte puissent mener à bien leurs actions légitimes en faveur des droits humains, sans craindre de restrictions ni représailles.