Back to top

Arrestation de Mohamed El-Baqer

Statut: 
Détenu
À propos de la situation

Le 5 mai 2020, le tribunal correctionnel du Caire a renouvelé la détention des défenseurs des droits humains Mohamed El-Baqer, Ibrahim Ezz El-Din, Mohamed Ibrahim et de la défenseuse des droits humains Mahienour El-Masry pour 45 jours supplémentaires.

Le 20 février 2020, la cour d'assise de Tora a accepté l'appel du parquet contre la libération du défenseur des droits humains Mohamed El-Baqer et a prolongé sa détention de 45 jours supplémentaires, sans fournir de justification. Cette décision a été prise alors que la cour a ordonné sa libération le 18 février.

Le 23 octobre 2019, le parquet suprême a renouvelé la détention préventive du défenseur des droits humains Mohamed El-Baqer pour 15 jours.

Le 9 octobre 2019, le parquet suprême du Caire a renouvelé la détention préventive du défenseur des droits humains Mohamed El-Baqer.

Le 30 septembre 2019, le parquet surpême du Caire a ordonné 15 jours de détention préventive contre le défenseur des droits humains Mohamed El-Baqer. Il a été transféré à la prison Tora (Prison Al-Aqrab, une prison de sécurité maximale et tristement connue pour ses conditions de détention inhumaines) le 1er octobre 2019.

Le 29 septembre 2019, la police égyptienne a arrêté le défenseur des droits humains Mohamed El-Baqer dans les locaux du parquet pour la sûreté de l'État au Caire. On ignore où il se trouve actuellement. Plusieurs arrestations de défenseurs des droits humains ont eu lieu la semaine dernière dans le cadre de manifestations réclamant la démission du président égyptien Abdelfattah Al-Sisi.

À propos de Mohamed El-Baqer

mohamed_el-baqer.jpgMohamed El-Baqer est avocat et défenseur des droits humains en Égypte. Il est directeur de l'Adalah Center for Rights and Freedoms, qui apporte une aide juridique aux prisonniers politiques et prisonniers de conscience, et qui promeut également les droits civils et politiques en Égypte.

8 Mai 2020
La détention de plusieurs DDH renouvelée par contumace

Le 5 mai 2020, le tribunal correctionnel du Caire a renouvelé la détention des défenseurs des droits humains Mohamed El-Baqer, Ibrahim Ezz El-Din, Mohamed Ibrahim et de la défenseuse des droits humains Mahienour El-Masry pour 45 jours supplémentaires.

L'audience s'est tenue par contumace, en l'absence des défenseur-ses des droits humains ou de leurs avocats. Les défenseur-ses des droits humains sont détenus dans des conditions inhumaines, ce qui les expose à un risque élevé dans le contexte du COVID-19.

La décision d'organiser l'audience sans la présence, même par liaison vidéo, des défenseur-ses des droits humains ou de leurs avocats en raison des restrictions liées au COVID-19, vise clairement à utiliser ces restrictions pour refuser aux défenseur-ses des droits humains une procédure régulière.

22 Février 2020
Renouvellement de la détention préventive de Mohamed El-Baqer

Le 20 février 2020, la cour d'assise de Tora a accepté l'appel du parquet contre la libération du défenseur des droits humains Mohamed El-Baqer et a prolongé sa détention de 45 jours supplémentaires, sans fournir de justification. Cette décision a été prise alors que la cour a ordonné sa libération le 18 février.

Le défenseur des droits humains a été arrêté par le parquet le 29 septembre 2019, alors qu'il assistait à l'interrogatoire du défenseur des droits humains Alaa Abdel Fattah. Il est détenu dans la prison de Tora et n'a pas le droit de lire, d'envoyer ou de recevoir de correspondance, ni de quitter sa cellule pendant les heures de détente.

24 Octobre 2019
Renouvellement de la détention de Mohamed El-Baqer

Le 23 octobre 2019, le parquet suprême a renouvelé la détention préventive du défenseur des droits humains Mohamed El-Baqer pour 15 jours.

12 Octobre 2019
Mohamed El-Baqer détenu dans des conditions inhumaines

Le 9 octobre 2019, le parquet suprême du Caire a renouvelé la détention préventive du défenseur des droits humains Mohamed El-Baqer. Depuis son arrestation le 29 septembre 2019, Mohamed El-Baqer est détenu dans des conditions inhumaines à la prison de Tora, une prison de sécurité maximale. En plus de se voir refuser l'accès à de l'eau potable, à des articles d'hygiène personnelle et à des douches, il doit également rester dans sa cellule pendant les heures de promenade de la prison, où il reçoit des repas bien en dessous du niveau de ceux servis à la cantine de la prison. La demande la plus urgente de Mohamed El-Baqer est de recevoir des soins médicaux pour les blessures au dos qu’il a subies après avoir été contraint de dormir sur le sol de la cellule. Ces soins lui sont toujours refusés.

30 Septembre 2019
Arrestation de Mohamed El-Baqer et d'autres DDH

Le 29 septembre 2019, la police égyptienne a arrêté le défenseur des droits humains Mohamed El-Baqer dans les locaux du parquet pour la sûreté de l'État au Caire. On ignore où il se trouve actuellement. Plusieurs arrestations de défenseurs des droits humains ont eu lieu la semaine dernière dans le cadre de manifestations réclamant la démission du président égyptien Abdelfattah Al-Sisi.

Mohamed El-Baqer est avocat et défenseur des droits humains en Égypte. Il est directeur de l'Adalah Center for Rights and Freedoms, qui apporte une aide juridique aux prisonniers politiques et prisonniers de conscience, et qui promeut également les droits civils et politiques en Égypte.

Le 29 septembre 2019, Mohamed El-Baqer a été arrêté dans les locaux du parquet où il assistait à l'interrogatoire du défenseur des droits humains Alaa Abdel-Fattah. Plusieurs policiers l'ont encerclé puis l'ont arrêté avant de le conduire dans un lieu inconnu. Il n'a pas été autorisé à voir sa famille et son avocat. Il est accusé d'avoir "rejoint et financé une organisation terroriste", de "diffamation" et d'"avoir utilisé les réseaux sociaux pour des activités illégales".

Ce n'est pas la première fois que Mohamed El-Baqer est harcelé par les autorités égyptiennes. La semaine dernière, il a faillit être arrêté dans les locaux du parquet alors qu'il accompagnait un client. En janvier 2014, Mohamed El-Baqer a été arrêté pendant plusieurs mois pour avoir "manifesté dans autorisation".

L'Egyptian Commission of Rights and Freedoms a recensé plus de 2200 arrestations en lien avec les manifestations contre le régime qui ont commencé le 20 septembre 2019. Les défenseur-ses des droits humains Sahar Ali, Mahienour El-Masry et Asmaa Dabees font partie des personnes arrêtées.

Front Line Defenders est profondément préoccupée par la répression menée contre les manifestations anti-gouvernement en Égypte. Mohamed El-Baqer et d'autres défenseur-ses des droits humains ont été arrêtés dans ce cadre. Ces arrestations semblent uniquement motivées par leur travail légitime et pacifique en faveur des droits humains en Égypte.