Back to top

#Kazakstan

#Kazakstan

Les défenseur-ses des droits humains au Kazakhstan sont particulièrement actifs en faveur de réformes juridiques et pénales, des droits sociaux, de la liberté d'expression, des droits des minorités ethniques, ainsi que pour la démocratie. Contrairement à d'autres pays d'Asie Centrale, les exemples d'actions directes contre les médias critiques et les ONG influentes sont limitées. La répression contre les DDH prend souvent la forme d'obstacles économiques ou législatifs, qui restreignent beaucoup leur travail et sont difficiles à défier.

Au cours des dernières années, le gouvernement a renforcé son contrôle sur les médias indépendants, les ONG et la société civile, et il est à l'origine de poursuites pour des motifs politiques contre ceux qui le critiquent. Des poursuites ont été lancées notamment contre des journalistes qui dénoncent les problèmes liés aux droits humains.

Après les grèves des professionnels du secteur pétrolier, et plus particulièrement la répression tragique de la grève de Zhanaozen en 2011, le gouvernement a renforcé son contrôle sur les défenseur-ses des droits humains, par le biais de différentes méthodes d'intimidation: surveillance de leurs téléphones et de leurs communications sur internet, actes d'intimidation contre la population et la société civile.