Back to top

Jafar Azimzadeh condamné et emprisonné

Statut: 
Emprisonné
À propos de la situation

Le 9 septembre 2020, Jafar Azimzadeh a informé sa famille qu'il a été transféré dans le quartier public de la prison de Rajaee Shahr.

Le 1er septembre 2020, l'épouse de M. Jafar Azimzadeh s'est vu refuser l'autorisation de rendre visite à son mari par le procureur adjoint, qui est nommé superviseur de la prison

Le 16 août 2020, Jafar Azimzadeh a entamé une grève de la faim alors qu'il est placé à l'isolement dans la prison de Rajaee Shahr.

Le 1er août 2020, la 36e chambre de la Cour d'appel a confirmé la peine supplémentaire de 13 mois d'emprisonnement prononcée contre Jafar Azimzadeh.

Le 26 juillet 2020, le défenseur des droits des travailleurs Jafar Azimzadeh, actuellement emprisonné, a été agressé à deux reprises par deux personnes distinctes qu'il ne connaît pas.

Le 8 juin 2020, Jafar Azimzadeh a été condamné à 13 mois de prison supplémentaires pour "propagande contre l'État" par la branche 26 du Tribunal révolutionnaire.

Le 20 mai 2020, Akram Rahimpour, l'épouse de Jafar Azimzadeh, a été convoquée devant la deuxième chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran, où elle a été interrogée au sujet des entretiens qu'elle avait accordés aux médias concernant l'affaire de son mari.

À propos de Jafar Azimzadeh

jafar_azimzadeh Jafar Azimzadeh est un éminent syndicaliste iranien. Il est leader du syndicat libre des travailleurs en Iran. Il défend activement le droit du travail et l'amélioration des conditions de travail.

12 Septembre 2020
Jafar Azimzadeh transféré dans la cellule publique de la prison de Rajaee Shahr

Le 9 septembre 2020, Jafar Azimzadeh a informé sa famille qu'il a été transféré dans le quartier public de la prison de Rajaee Shahr. Dans la matinée, le médecin de la prison a rendu visite au défenseur qui se trouvait dans le quartier sécurisé et a annoncé son transfert bien qu'il ait été testé positif au COVID-19 le 5 septembre. Il avait été transféré la veille dans le quartier sécurisé, où sont placés les détenus positifs au COVID-19. Le 7 septembre, lors d'une visite de l'épouse du défenseur des droits humains, le directeur de la prison a informé le couple que Jafar Azimzadeh avait été testé positif et qu'il serait transféré au quartier sécurisé. Le directeur n'a pas donné la preuve des résultats du test, ce qui est une pratique courante depuis le début de la pandémie dans les prisons iraniennes. Le 6 septembre 2020, Jafar Azimzadeh a mis fin à sa grève de la faim après une heure de négociations avec les autorités pénitentiaires et a par la suite été transféré du quartier sécurisé vers le quartier public.

3 Septembre 2020
Jafar Azimzadeh détenu à l'isolement, sa femme interdite de lui rendre visite

Le 1er septembre 2020, l'épouse de M. Jafar Azimzadeh s'est vu refuser l'autorisation de rendre visite à son mari par le procureur adjoint, qui est nommé superviseur de la prison. La santé de M. Azimzadeh s'est détériorée depuis qu'il a entamé une grève de la faim le 16 août 2020, pour protester contre son transfert à l'isolement dans la prison de Rajaee Shahr. En plus de problèmes de santé préexistants, il souffre maintenant d'une importante perte de poids et d'une forte fatigue.

Le 26 août 2020, avec l'autorisation du même procureur adjoint de la prison, l'épouse de M. Azimzadeh a été autorisée à rendre visite à son mari dans le bureau du gouverneur de la prison de Rajaee Shahr. Il s'agissait de la deuxième visite autorisée depuis le transfert du défenseur dans cette prison. Depuis son transfert, il ne serait pas autorisé à prendre de pause ou à accéder aux appels téléphoniques, aux livres, à la télévision ou à un stylo et du papier.

 

26 Août 2020
Jafar Azimzadeh entame une grève de la faim

Le 16 août 2020, Jafar Azimzadeh a entamé une grève de la faim alors qu'il est placé à l'isolement dans la prison de Rajaee Shahr.

Le 16 août 2020, un médecin de la prison Evin a informé le défenseur des droits humains qu'il serait transféré à l'hôpital de Taleghani depuis la clinique de la prison, en raison de son état de santé critique. Sa famille a tenté en vain de lui rendre visite aux urgences de l'hôpital le jour-même. Après 72 heures sans pouvoir la contacter, Jafar Azimzadeh a informé sa famille qu'il avait été transféré de l'hôpital vers une cellule d'isolement de la prison de Rajaee Shahr, considérée comme l'une des prisons les plus dures d'Iran en raison de ses mauvaises conditions d'hygiène et de vie.

Après ce transfert, le défenseur a entamé une grève de la faim pour protester contre ce qu'il appelle «la tromperie et sa mise à l'isolement dans la prison de Rajaee Shahr au lieu de le conduire l'hôpital», «le non-respect des protocoles de santé contre le COVID-19 en prison, la diffusion fausses informations sur l'absence de cas de COVID-19 dans la prison Evin lors du journal télévisé de 20h30 à la télévision d'État» et le «harcèlement psychologique de sa famille».

 

9 Août 2020
La peine additionnelle de Jafar Azimzadeh confirmée

Le 1er août 2020, la 36e chambre de la Cour d'appel a confirmé la peine supplémentaire de 13 mois d'emprisonnement prononcée contre Jafar Azimzadeh.

Le défenseur des droits des travailleurs a été accusé de "propagande contre l'État" le 8 juin alors qu'il était déjà en prison et qu'il purge une peine de cinq ans.

Le même jour, les deux prisonniers qui avaient agressé physiquement Jafar Azimzadeh le 26 juillet ont été transférés dans un autre quartier de la prison d'Evin.

Le défenseur a fait l'objet de deux agressions distinctes de la part des prisonniers en question, mais à ce moment-là, les autorités pénitentiaires n'avaient pas répondu activement aux attaques contre Jafar Azimzadeh ou au risque d'agression.

2 Août 2020
Jafar Azimzadeh victime de deux agressions en prison

Le 26 juillet 2020, le défenseur des droits des travailleurs Jafar Azimzadeh, actuellement emprisonné, a été agressé à deux reprises par deux personnes distinctes qu'il ne connaît pas. Dans aucun des deux cas, les autorités pénitentiaires ne sont intervenues pour stopper l'agression ; elles n'ont pas posé de question au défenseur pour en savoir plus sur l'agression, ni manifesté d'intérêt ou d'inquiétude lorsqu'il a tenté de signaler ces attaques.

Télécharger l'appel urgent

Jafar Azimzadeh est secrétaire du conseil d'administration de la Free Union of Iranian Workers (Syndicat libre des travailleurs iraniens). La Free Union of Iranian Workers (FUIW) est un groupe dédié à la défense des droits des travailleurs et à l'amélioration des conditions de travail. Le groupe n'est pas officiellement reconnu par les autorités iraniennes et nombre de ses principaux membres sont fréquemment victimes de harcèlement. Jafar Azimzadeh purge actuellement une peine de cinq ans pour "crimes de rassemblement et collusion contre la sécurité nationale pour avoir organisé et géré un groupe illégal".

Dans la matinée du 26 juillet 2020, Jafar Azimzadeh a été agressé par un prisonnier dans le 8e quartier de la prison d'Evin. Le défenseur n'avait jamais rencontré cette personne. Les autorités pénitentiaires ne sont pas intervenues pour mettre fin à l'agression, elles n'ont rien fait pour retenir l'agresseur, et n'ont pas non plus appliqué de mesures punitives, comme cela se fait généralement lors de bagarres ou d'agressions. À la suite de l'attaque, les autorités n'ont pas tenté de signaler l'incident ni d'interroger Jafar Azimzadeh sur ce qui s'était passé. Alors que le défenseur était en train de porter plainte auprès des autorités, le détenu qui l'avait agressé est apparu à l'extérieur de la pièce dans laquelle ils se trouvaient et l'a injurié, menaçant de le tuer, mais les autorités n'ont pas réagi à ses menaces.

Plus tard dans l'après-midi, un autre prisonnier d'un autre quartier de la prison, que Jafar Azimzadeh ne connaît pas non plus, s'est approché de lui dans la cour et l'a giflé au visage, bien qu'il n'ait pas manifesté d'animosité à son égard auparavant. Le défenseur a eu peur pour sa vie, car le prisonnier était visiblement drogué et avait donc un comportement imprévisible. Jafar Azimzadeh pense que cet incident est lié à l'agression de la matinée et que le premier agresseur a engagé le second pour attaquer le défenseur.

Jafar Azimzadeh tient les autorités de la prison Evin pour responsables des deux incidents car ils ont pu se produire à cause de leur négligence, notamment en ce qui concerne la deuxième attaque ; aucune mesure punitive n'ayant été appliquée après la première agression, les assaillants ont pu agir en toute impunité. De plus, l'absence de réaction ou de réponse des autorités face à deux attaques contre le même prisonnier en une journée, conduit Jafar Azimzadeh à croire que les agences de sécurité pourraient être à l'origine des attaques, dans le but de lui nuire gravement, ou de l'inciter à riposter, afin qu'ils puissent intenter une nouvelle affaire contre lui et faire pression sur lui. Le 15 juin 2020, il a été condamné à 13 mois d’emprisonnement supplémentaires pour "propagande contre l’État" par la 26e chambre du tribunal révolutionnaire en raison de ses activités en faveur des droits humains au sein de la prison.

Le 20 mai 2020, Akram Rahimpour, l'épouse de Jafar Azimzadeh, a été convoquée devant la deuxième chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran, où elle a été interrogée au sujet des entretiens qu'elle avait accordés aux médias concernant l'affaire de son mari. On ignore les charges portées contre elle. Cela peut être considéré comme une nouvelle tentative visant à faire taire et à faire pression sur Jafar Azimzadeh et sa famille.

Front Line Defenders est vivement préoccupée par les deux agressions contre Jafar Azimzadeh le même jour, et plus généralement, par la détention de défenseurs des droits humains incarcérés aux côtés de prisonniers dangereux reconnus coupables de crimes graves, ce qui met leur vie et leur bien-être en danger.

Front Line Defenders exprime en outre sa profonde préoccupation concernant le harcèlement accru de Jafar Azimzadeh et des membres de sa famille, par le recours à de nouvelles accusations, une peine de prison supplémentaire de 13 mois, l'acharnement judiciaire de sa femme et le refus de le libérer temporairement dans le contexte de l'épidémie de COVID- 19. Front Line Defenders pense que ces actes contre Jafar Azimzadeh sont des représailles contre ses critiques du gouvernement et des autorités pénitentiaires, son plaidoyer pacifique en faveur d'autres défenseur-ses des droits humains en prison et qu'il s'agit d'une tentative pour le réduire au silence.

29 Juillet 2020
Jafar Azimzadeh subjected to two attacks in prison

On 26 July 2020, imprisoned labour rights defender Jafar Azimzadeh was assaulted on two separate occasions by two separate individuals, neither of whom he is acquainted with. In neither instance did the prison authorities intervene to stop the assault, nor did they inquire with the defender as to the details of the assault, or show much interest or concern when he attempted to report the attacks.

Download the Urgent Appeal

Jafar Azimzadeh is the Secretary of the Board of Directors of the Free Union of Iranian Workers. Free Union of Iranian Workers (FUIW) is a group dedicated to defending labour rights and improving working conditions. The group has not been officially recognised by the Iranian authorities, and many of its leading members are frequently subject to harassment. Jafar Azimzadeh is currently serving a five year sentence for ‘crimes of assembly and collusion against national security through organizing and operating an illegal group’.

On the morning of 26 July 2020, Jafar Azimzadeh was attacked by a prisoner in the 8th Ward of Evin Prison. The defender has had no previous encounters with this person. The prison authorities did not intervene in the attack or do anything to restrain the attacker, nor did they enforce any punitive measures, as is usually done when fights or assaults occur. Following the attack, the authorities made no attempt to report the incident or question Jafar Azimzadeh as to what happened. Whilst the defender was making a complaint to the authorities, the prisoner who had attacked him appeared outside the room they were in and swore at him, threatening to kill him, to which the authorities did not respond.

Later that afternoon, another prisoner from a different ward, who Jafar Azimzadeh does not know either, approached him in the prison yard and slapped him in the face, despite not having displayed any animosity towards him prior to this. The defender was fearful for his life, as the prisoner was visibly high on drugs, and so he could not predict what he would do. Jafar Azimzadeh believes that this incident was related to the attack that morning, and that the prisoner who had first assaulted him had hired him to attack the defender.

Jafar Azimzadeh holds the authorities in Evin Prison responsible for both incidents as it was due to their negligence that they were able to occur, particularly with regard to the second attack, as no punitive measures had been enforced following the first, signaling that the attackers would enjoy impunity. Furthermore, the lack or reaction or response by the authorities to two attacks against the same prisoner in one day, has led Jafar Azimzadeh to believe that the security agencies may be behind the attacks, in an attempt to seriously harm him, or incite him to retaliate, so that they can file a new case against him and pressure him further. On 15 June 2020, he was sentenced to an additional 13 months’ imprisonment on charges of ‘propaganda against state’ from Branch 26 of the Revolutionary Court as a result of his human rights activities from within the prison.

On 20 May 2020, Akram Rahimpour, Jafar Azimzadeh’s wife was summoned to the Second Branch of the Tehran Revolutionary Court, where she was questioned regarding interviews she had given to the media regarding her husband’s case. The charges being brought against her are not known. This can be viewed as a further attempt to silence and place pressure on Jafar Azimzadeh and his family.

Front Line Defenders is seriously concerned by the two attacks against Jafar Azimzadeh in the same day, and more broadly, the holding of imprisoned human rights defenders alongside dangerous prisoners convicted of serious crimes, putting their lives and well being at risk.

Front Line Defenders further expresses deep concern regarding the increased harassment of Jafar Azimzadeh and his family members, through the use of new charges, an additional prison sentence of 13 months, judicial harassment of his wife and denial of temporary release in the context of COVID-19. Front Line Defenders believes that the targeting of Jafar Azimzadeh is in reprisal for his criticism of the Government and prison authorities, and his peaceful advocacy for other human rights defenders in prison, and an attempt to silence him.

15 Juin 2020
Jafar Azimzadeh condamné à 13 mois de prison

Le 8 juin 2020, Jafar Azimzadeh a été condamné à 13 mois de prison supplémentaires pour "propagande contre l'État" par la branche 26 du Tribunal révolutionnaire. L'ensemble des procédures judiciaires, de l'audience à la condamnation, ont pris un peu moins d'un mois. Le défenseur des droits humains a déclaré qu'il ne ferait pas appel de la décision, car il ne reconnaît pas le tribunal. Il se défendra plutôt devant la cour de l'opinion publique. Jafar Azimzadeh purge actuellement une peine de cinq ans pour "crimes de rassemblement et collusion contre la sécurité nationale pour avoir organisé et géré un groupe illégal".

20 Mai 2020
Des accusations inconnues portées contre Akram Rahimpour, la femme de Jafar Azimzadeh

Le 20 mai 2020, Akram Rahimpour, l'épouse de Jafar Azimzadeh, a été convoquée devant la deuxième chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran, où elle a été interrogée au sujet des entretiens qu'elle avait accordés aux médias concernant l'affaire de son mari. Akram Rahimpour a été informée qu'elle devrait présenter quelqu'un au tribunal qui se portera garant dans les prochains jours. On ignore les charges portées contre elle. Cela peut être considéré comme une tentative visant à réduire au silence et faire pression sur Jafar Azimzadeh et sa famille.

4 Mai 2020
New charges against Jafar Azimzadeh

On 4 May 2020, Jafar Azimzadeh was summoned to a hearing for a new charge to be brought against him. He was charged with “propaganda against the regime”, which he was informed was related to: a joint statement released in November 2019 regarding sick prisoners; and an audio recording of him from prison denouncing the sentencing of Nasrin Javadi, a fellow member of the Free Worker’s Union, and others arrested during the May Day demonstration in 2019, as well as the sentencing of workers from the Syndicate of Haft-Tapeh Sugar Cane Company. Jafar Azimzadeh had initially refused to appear before the court when summoned on 2 May 2020, eventually agreeing to appear on 4 May.

30 Janvier 2019
Jafar Azimzadeh re-arrested to serve “remainder” of sentence

On 29 January 2019, Jafar Azimzadeh was arbitrarily re-arrested to serve the remainder of his five year imprisonment sentence from 2015. He was sentenced in 2015 on charges of ‘propaganda against the regime’ and ‘crimes of assembly and collusion against national security through organizing and operating an illegal group’. The charges were upheld by the Appeal Court and on 8 November 2015 he began serving his sentence. He was temporarily released on 30 June 2016 following a two-month hunger strike.