Back to top

Sam Rajabi toujours détenu au secret

Statut: 
Emprisonné
À propos de la situation

Le 22 avril 2020, le défenseur de l'environnement Sam Rajabi a été renvoyé à la prison Evin, malgré un test positif au COVID-19. Il se trouve actuellement à la clinique de la prison et aurait un accès limité aux installations et aux services médicaux appropriés.

Le 18 février 2020, la cour d'appel de Téhéran a confirmé la peine de prison prononcée contre le défenseur des droits humains Sam Rajabi. Il avait été reconnu coupable d’espionnage et de "coopération avec un État hostile" et condamné à 6 ans de prison par le tribunal révolutionnaire de Téhéran le 23 novembre 2019.

En date du 8 mai 2018, Sam Rajabi était toujours détenu au secret dans la prison Evin à Téhéran. Il a été arrêté chez lui à Téhéran, le 25 janvier 2018, et il est détenu au secret depuis le 26 janvier.

À propos de HRD

hrd_sam_rajabi.jpgSam Rajabi est défenseur de l'environnement et membre de Persian Wildlife Heritage Foundation (PWHF), une organisation à but non lucratif gérée par Kavous Seyed-Emami, un sociologue iranien décédé il y a trois mois dans des circonstances suspectes alors qu'il était placé en détention préventive. La PWHF effectue un travail écologiste sur le terrain, promeut l'implication de la communauté locale dans la conservation et sensibilise le public aux questions environnementales. Sam Rajabi était aussi interprète pour d'autres ONG écologistes internationales.

14 Janvier 2021
Sam Rajabi reçoit la permission d'assister aux funérailles de sa mère après ne pas avoir été autorisé à lui rendre visite avant son décès

Le 8 janvier 2021, la mère du défenseur de l'environnement Sam Rajabi est décédée à l'hôpital des suites d'un cancer. Selon le Règlement de l’Organisation iranienne des prisons, les détenus peuvent être autorisés à quitter un centre de détention pour rendre visite à un membre de leur famille gravement malade. Dans un entretien accordé avant son décès, Leili Hooshmand Afhsar (la mère de Sam Rajabi) a indiqué que la famille avait demandé une permission temporaire pour son fils pendant plusieurs mois. Sam Rajabi a soumis plusieurs demandes à différentes autorités, y compris au bureau du procureur général, afin d'être autorisé à rendre visite à sa mère mourante, mais il n'a reçu aucune réponse officielle.

Le 9 janvier 2021, Sam Rajabi a obtenu une permission de cinq jours après avoir passé au total 1080 jours en détention arbitraire. Il a été testé positif au COVID-19 en avril 2020 mais n'a pas été autorisé à demander une assistance médicale en dehors de la prison. La permission de cinq jour lui a été accordée afin qu'il puisse assister aux funérailles de sa mère.

 

25 Avril 2020
Le défenseur de l'environnement Sam Rajabi renvoyé à la prison Evin malgré un test positif au COVID-19.

Le 22 avril 2020, le défenseur de l'environnement Sam Rajabi a été renvoyé à la prison Evin, malgré un test positif au COVID-19. Il se trouve actuellement à la clinique de la prison et aurait un accès limité aux installations et aux services médicaux appropriés.

Télécharger l'appel urgent

Sam Rajabi est défenseur de l'environnement et membre de la Persian Wildlife Heritage Foundation (PWHF), une organisation environnementale à but non lucratif. La PWHF effectue un travail écologiste sur le terrain, promeut l'implication des communautés locales dans la conservation et sensibilise le public au sujet des questions environnementales. L'organisation était dirigée par Kavous Seyed-Emami, un sociologue iranien décédé le 8 février 2018 dans la prison Evin dans des circonstances suspectes.

Le 22 avril 2020, Sam Rajabi a été admis à l'hôpital pour un examen de sa maladie chronique ; à ce moment-là, il a été diagnostiqué avec le COVID-19, en raison de symptômes de fièvre élevée, de difficultés respiratoires et de perte du goût et de l'odorat. Bien qu'il se plaigne de tels symptômes depuis mars 2020, il a partagé une cellule avec 15 autres prisonniers jusqu'au 22 avril 2020. Plus tard dans la même journée, il a quitté l'hôpital et a été renvoyé à la prison Evin. Il se trouve à la clinique de la prison et aurait un accès limité à aux installations et aux services médicaux appropriés. Selon les membres de sa famille, Sam Rajabi souffre d'asthme, ce qui accentue les risques qu'il contracte la forme grave du COVID-19. Le 23 avril 2020, le défenseur a envoyé une lettre à l'administration pénitentiaire avertissant que s'il n'était pas admis à l'hôpital avant le 25 avril 2020, il entamerait une grève de la faim.

Sam Rajabi a été arrêté chez lui à Téhéran le 25 janvier 2018. Après son arrestation, il a été placé à l'isolement pendant une longue période. Le 23 novembre 2019, le défenseur de l'environnement a été reconnu coupable d’"espionnage" et de "coopération avec un État hostile" et condamné à six ans de prison par le tribunal révolutionnaire de Téhéran. Le 18 février 2020, la cour d'appel de Téhéran a confirmé la peine d'emprisonnement prononcée contre lui et il est toujours détenu dans la prison Evin..

Front Line Defenders est gravement préoccupée par la santé et le bien-être du défenseur de l'environnement Sam Rajabi, compte tenu de son diagnostic positif au COVID-19 et de la maladie respiratoire dont il souffre déjà, et craint que son état ne se détériore s'il ne bénéficie pas rapidement de soins médicaux adaptés. Elle est également préoccupée par la santé et le bien-être des détenus avec lesquels il a partagé sa cellule avant de se rendre à l'hôpital, dont certains sont également des défenseurs de l'environnement. Front Line Defenders réitère en outre ses préoccupations concernant le maintien en prison des défenseur-ses des droits humains iraniens malgré leur exposition au virus COVID-19 et le risque élevé de le contracter tout en étant détenu dans des conditions médiocres et insalubres.

20 Février 2020
La cour d'appel confirme la peine de prison prononcée contre Sam Rajabi

Le 18 février 2020, la cour d'appel de Téhéran a confirmé la peine de prison prononcée contre le défenseur des droits humains Sam Rajabi. Il avait été reconnu coupable d’espionnage et de "coopération avec un État hostile" et condamné à 6 ans de prison par le tribunal révolutionnaire de Téhéran le 23 novembre 2019.

Les deux audiences ont été fermées au public et la famille du défenseur n’a pas été autorisée à y assister. Le juge a interdit à l'avocat du défenseur de parler lors de la lecture de l'acte d'accusation.

Le défenseur a été arrêté en janvier en 2018. Après son arrestation, il a été placé à l'isolement pendant une longue période. Il est toujours détenu dans la prison Evin, où il est régulièrement placé à l'isolement.

8 Mai 2018
Le défenseur de l'environnement Sam Rajabi toujours détenu au secret

En date du 8 mai 2018, Sam Rajabi était toujours détenu au secret dans la prison Evin à Téhéran. Il a été arrêté chez lui à Téhéran, le 25 janvier 2018, et il est détenu au secret depuis le 26 janvier.

View Urgent Appeal

Dans la soirée du 25 janvier 2018, les forces de sécurité ont mené un raid au domicile de Sam Rajabi et l'ont illégalement placé en détention. On ignore pourquoi les forces de sécurité ont saisi un ordinateur personnel, des documents et des livres appartenant au père du défenseur, qui est décédé et qui était un éminent universitaire iranien. Six autres membres de la PWHF ont été illégalement arrêtés le même jour.

Le 26 mars 2018, sa mère, Lili Houshmand Afshar, a été autorisée à rendre l'unique visite à son fils depuis qu'il est placé en détention. Sam Rajabi n'est pas autorisé à voir un avocat et il est illégalement maintenu à l'isolement depuis la dernière visite de sa mère.

Les responsables de la prison ont dit à Lili Houshmand Afshar qu'elle serait autorisée à rendre visite à son fils le 14 avril 2018, mais à son arrivée à la prison elle n'y a pas été autorisée.

Au cours des derniers mois, les autorités iraniennes ont intensifié les détentions illégales des écologistes et défenseur-ses des droits humains en Iran, notamment Niloufar Bayani, Sepideh Kashani, Taher Ghadirian, Houman Jowkar, et Amir-Hossein Khaleghi, pour de vagues allégations d'espionnage.

Front Line Defenders est profondément préoccupée par le bien-être de Sam Rajabi et pense qu'il est pris pour cible uniquement à cause de ses activités légitimes en faveur de l'environnement.

Front Line Defenders exhorte les autorités iraniennes à:

1. Libérer immédiatement et sans condition Sam Rajabi, car il semble qu'il soit pris pour cible uniquement à cause de son travail légitime et pacifique en faveur des droits humains;

2. Assurer que le traitement de Sam Rajabi pendant sa détention, corresponde à toutes les conditions établies dans les «Principes fondamentaux relatifs à la protection de toute personne contre toute forme de détention ou emprisonnement» adoptés par l'Assemblée Générale de l'ONU dans sa résolution 43/173 du 9 décembre 1988;

3. Autoriser Sam Rajabi à accéder immédiatement et sans entrave à sa famille et à son avocat;

4. Restituer les documents confisqués pendant le raid, car ils ne sont liés à aucune activité criminelle;

5. Garantir qu’en toutes circonstances, tous-tes les défenseur-ses des droits humains en Iran puissent mener à bien leurs actions légitimes en faveur des droits humains, sans craindre ni restrictions ni représailles, y compris la privation de liberté et l'acharnement judiciaire.