Back to top

Arrestation de l'avocate Yaprak Türkmen

Statut: 
Libérée
À propos de la situation

L'avocate Yaprak Türkmen, du People’s Law Office, a été arrêtée le 20 décembre 2017 après avoir été placée en détention lors d'un raid de son bureau par la police anti-terroriste turque le 18 décembre 2017.

À propos de Yaprak Türkmen

yaprak_turkmen.jpegYaprak Türkmen est avocate en droits humains pour le People’s Law Office, une organisation qui représente les victimes de violations des droits humains perpétrées par des agents de l'État.

20 Septembre 2018
Les avocats du people’s Law Office de nouveau arrêtés

Entre le 15 et le 17 septembre 2018, six avocats du People’s Law Office ont été de nouveau arrêtés sur ordre de la 37e haute cour criminelle d'Istanbul. Le 14 septembre, après une semaine complète d'audiences, la cour avait ordonné la libération des 17 avocats du People’s Law Office, qui étaient détenus depuis 2017. Ils avaient été libérés le lendemain matin. La Cour a ensuite réordonné l'arrestation de 12 avocats moins de 24h après sa précédente décision, après que le procureur a contesté la décision. La cour a confirmé la libération des cinq avocats restants, à savoir: Yaprak Türkmen, Yağmur Ereren Evin, Didem Baydar Ünsal, Ayşegül Çağatay et Zehra Özdemir.

Entre septembre et décembre 2017, 17 avocats en droits humains du People’s Law Office ont été arrêtés sur ordre du Juge de paix d'Istanbul. 20 avocats du People’s Law Office étaient accusés et 17 d'entre eux ont été placés en détention préventive dans sept prisons différentes, loin de leur famille et de leur lieu de résidence. 17 avocats ont été accusés d'avoir transmis les instructions de l'équipe dirigeante du DHKP-C (parti/front révolutionnaire de libération du peuple), et trois d'entre eux ont été accusés de "diriger une organisation terroriste armée". Le gouvernement turc considère que le DHKP-C est une organisation terroriste.

Les audiences de l'affaire du People’s Law Office ont commencé le 10 septembre 2018 et les avocats accusés ont comparu devant la 37e Haute cour criminelle d'Istanbul pendant la semaine. Le 14 septembre, la cour a ordonné la libération des 17 avocats et ils ont été ré-arrêtés le lendemain matin. Le procureur a contesté la décision et la cour est revenue sur sa décision et a ordonné la ré-arrestation de 12 des avocats libérés la veille, en vertu des mêmes accusations.

Cinq d'entre eux: Engin Gökoğlu, Aycan Çelik, Aytaç Ünsal, Behiç Aşçı et Ahmet Mandacı, ont été arrêtés le même jour. Le 16 septembre, ils ont été traduits devant le tribunal d'Istanbul pour faire une déposition sur l'ordre d'arrestation et ils ont été arrêtés après l'audience. Pendant l'audience, près de 20 policiers de la section anti-terroriste étaient présents dans la salle. Les avocats ont demandé à ce que les policiers sortent, mais cette demande a été rejetée. Les policiers en question ont mené l'enquête contre les avocats et ils auraient maltraité les avocats.

Selçuk Kozaçağlı, l'un des avocats concernés par l'ordre d'arrestation, a été placé en détention le 16 septembre et conduit devant le tribunal le 17 septembre pour y faire une déposition. Il a été entendu par un autre juge que celui chargé de l'affaire qui avait ordonné leur libération. Selçuk Kozaçağlı a été arrêté après une audience de 10 minutes. À ce jour, six avocats du People’s Law office ont été de nouveau arrêtés et six autres devaient l'être prochainement.

21 Décembre 2017
Arrestation de l'avocate Yaprak Türkmen

L'avocate Yaprak Türkmen, du People’s Law Office, a été arrêtée le 20 décembre 2017 après avoir été placée en détention lors d'un raid de son bureau par la police anti-terroriste turque le 18 décembre 2017.

Download the Urgent Appeal (PDF)

Le 18 décembre 2017, Yaprak Türkmen a été placée en détention préventive dans le cadre d'une affaire déjà ouverte contre plusieurs avocats du People's Law Office, accusés d'"appartenance à une organisation terroriste", à savoir le Parti révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C), considéré comme une organisation terroriste en Turquie. Le 20 décembre 2017, elle a été transférée devant le parquet d'Istanbul afin de témoigner, mais au lieu de cela, elle a été renvoyée devant le 12e juge pénal pénal pour la paix d'Istanbul. Suite à l'interrogatoire du juge, elle a été injustement accusée d'"appartenance à une organisation terroriste armée", (le DHKP-C), et a été arrêtée.

Ce n'est pas la première fois que des avocats en droits humains sont pris pour cible pour avoir exercé légitimement leur profession dans le contexte de l'État d'urgence actuellement en vigueur en Turquie. Récemment, plusieurs avocats en droits humains ont été arrêtés et accusés de liens avec des groupes terroristes, mais cela s'apparente à des tentatives visant à les empêcher d'exercer leur profession.

Front Line Defenders craint que l'arrestation de Yaprak Türkmen et les accusations portées contre elle soient uniquement liées à son travail pacifique et légitime d'avocate en droits humains.

Front Line Defenders exhorte les autorités turques à:

1. Libérer immédiatement et sans condition Yaprak Türkmen , et abandonner toutes les charges portées contre elle, car il semble qu'elle soit détenue uniquement à cause de son travail légitime et pacifique en faveur des droits humains;

2. Assurer que le traitement de Yaprak Türkmen pendant sa détention, corresponde à toutes les conditions établies dans les «Principes fondamentaux relatifs à la protection de toute personne contre toute forme de détention ou emprisonnement» adoptés par l'Assemblée Générale de l'ONU dans sa résolution 43/173 du 9 décembre 1988;

3. Garantir qu’en toutes circonstances, tous-tes les défenseur-ses des droits humains en Turquie puissent mener à bien leurs actions légitimes en faveur des droits humains, sans craindre ni restrictions ni représailles, y compris l'acharnement judiciaire.