Back to top

Disparition du défenseur des droits humains RS Mugilan dans le Tamil Nadu

Statut: 
Disparu
À propos de la situation

En date du 28 mars 2018, le défenseur des droits humains RS Mugilan est toujours porté disparu depuis six semaines. Le 18 mars 2019, le commissaire adjoint de la section criminelle du département d'investigation criminelle, Crime Branch of the Crime Investigation Department (CB-CID), de Villupuram, dans le Tamil Nadu, a déposé un rapport de situation dans le cadre de l'enquête sur la disparition de RS Mugilan devant la haute cour de la magistrature de Madras.

En date du 4 mars 2019, le défenseur des droits humains Shanmugam Thangasamy, plus connu sous le nom de RS Mugilan, est toujours porté disparu. RS Mugilan a disparu le 15 février 2019 alors qu'il circulait entre Chennai et Madurai. Il a été vu pour la dernière fois à la gare de Chennai Egmore après avoir co-organisé une conférence de presse sur l'assassinat de 13 personnes lors d'une manifestation en mai 2018.   

À propos de RS Mugilan

RS MugilanRS Mugilan est défenseur des droits humains basé à Chennai ; il est coordinateur du Tamil Nadu Environment Protection Committee. Il travaille sans relâche sur les questions environnementales au Tamil Nadu, et s'oppose à des questions telles que l'extraction illégale du sable et le nucléaire. Dernièrement il participe à l'Anti-Sterlite Movement, qui s'oppose à une usine de cuivre à Thoothukudi, établie par la fonderie de cuivre Sterlite Industries (India) Limited, une filiale de l'entreprise britannique Vedanta Resources. Le défenseur a fait partie d'une mission d'enquête à Thoothukudi et il semble que sa disparition soit liée à son travail.

2 Avril 2019
La police dépose un rapport de situation sur la disparition de RS Mugilan

En date du 28 mars 2018, le défenseur des droits humains RS Mugilan est toujours porté disparu depuis six semaines. Le 18 mars 2019, le commissaire adjoint de la section criminelle du département d'investigation criminelle, Crime Branch of the Crime Investigation Department (CB-CID), de Villupuram, dans le Tamil Nadu, a déposé un rapport de situation dans le cadre de l'enquête sur la disparition de RS Mugilan devant la haute cour de la magistrature de Madras.

RS Mugilan est défenseur des droits humains basé à Chennai et coordinateur du Tamil Nadu Environment Protection Committee ; il travaille sans relâche sur les questions environnementales. Dernièrement, il participe à l'Anti-Sterlite Movement, qui s'oppose à une usine de cuivre à Thoothukudi, établie par la fonderie de cuivre Sterlite Industries (India) Limited, une filiale de l'entreprise britannique Vedanta Resources. Le défenseur a fait partie d'une mission d'enquête à Thoothukudi et il semble que sa disparition soit liée à son travail.

Immédiatement après la disparition de RS Mugilan le 15 février 2019, il a été difficile de déterminer si le défenseur était revenu dans la gare ferroviaire d'Egmore après l'avoir quittée vers 22H. Cependant, le rapport de situation déposé par la police indique que RS Mugilan y est retourné plus tard, et fait référence à des bandes de vidéo-surveillance qui montrent le défenseur debout sur le quai 2 à 23h18. Selon les relevés téléphoniques de RS Mugilan, sa dernière communication (par SMS) a eu lieu le 16 février entre 00h39 et 00h42.

Le rapport détaille également les actions que la police a menées jusqu'à présent, et comprend des informations sur des douzaines d'équipes de police envoyées pour participer à l'enquête. Les équipes ont interrogé et enregistré les déclarations de témoins, de membres de sa famille, d'associés, et d'amis, et distribué des tracts et des affiches. En date du 15 mars 2019, la police avait interrogé 251 personnes, mais aucune n'a cité quelqu'un qui pourrait être impliqué dans la disparition de RS Mugilan.

4 Mars 2019
Disparition du défenseur des droits humains RS Mugilan dans le Tamil Nadu

En date du 4 mars 2019, le défenseur des droits humains Shanmugam Thangasamy, plus connu sous le nom de RS Mugilan, est toujours porté disparu. RS Mugilan a disparu le 15 février 2019 alors qu'il circulait entre Chennai et Madurai. Il a été vu pour la dernière fois à la gare de Chennai Egmore après avoir co-organisé une conférence de presse sur l'assassinat de 13 personnes lors d'une manifestation en mai 2018.

Download the Urgent Appeal

RS Mugilan est défenseur des droits humains basé à Chennai ; il est coordinateur du Tamil Nadu Environment Protection Committee. Il travaille sans relâche sur les questions environnementales au Tamil Nadu, et s'oppose à des questions telles que l'extraction illégale du sable et le nucléaire. Dernièrement il participe à l'Anti-Sterlite Movement, qui s'oppose à une usine de cuivre à Thoothukudi, établie par la fonderie de cuivre Sterlite Industries (India) Limited, une filiale de l'entreprise britannique Vedanta Resources. Le défenseur a fait partie d'une mission d'enquête à Thoothukudi et il semble que sa disparition soit liée à son travail.

Le 15 février 2019 vers 11h30, RS Mugilan a participé à une conférence de presse, qu'il a co-organisée, au Chennai Press Club. L'objectif était de parler des violences qui ont éclatées lors d'une manifestation contre Sterlite à Thoothukudi le 22 mai 2018, où la police a tiré et tué 13 personnes.

Pendant la conférence de presse, RS Mugilan a diffusé un documentaire de 46 minutes intitulé Koluthiyathu Yaar? Maraikkapatta Unmaigal (Pyromanes - Sterlite - les vérités cachées). Le documentaire affirmait que la police, en collaboration avec les dirigeants de Sterlite Industries, avaient autorisé plusieurs personnes, engagées par Sterlites selon RS Mugilan, pour perturber la manifestation. Le groupe a mis le feu à des vélos et endommagé des caméras de vidéo-surveillance près de la zone où la police a ensuite ouvert le feu. Dans le documentaire, le défenseur demandait l'arrestation des policiers impliqués. Il donnait les noms de plusieurs policiers haut-gradés, dont l'ex-inspecteur général de la police Shailesh Kumar Yadav, et l'inspecteur général adjoint de la police M. Kapil Kumar Saratkar, les accusant d'avoir contribué à orchestré l'incident.

Après la conférence de presse, vers 18h30, RS Mugilan a appelé un ami, qui est le référent de l'État du Tamil Nadu et coordinateur régional de Human Rights Defenders’ Alert – India (HRDA) pour le Sud de l'Inde. Lors de cet appel, RS Mugilan a dit à son ami qu'il avait reçu des menaces et qu'il craignait que la police agisse contre lui suite aux allégations qu'il a faites contre les haut-gradés de la police.

Le 15 février vers 21h30, RS Mugilan a envoyé un SMS à son ami pour lui dire qu'il venait d'arriver à la gare ferroviaire de Chennai Egmore pour prendre le train Nagercoil Express à destination de Madurai. Il avait également prévu de rencontrer son ami le lendemain matin. Cependant, lorsque son ami a appelé RS Mugilan le 16 février à 6h, le défenseur n'a pas répondu et son téléphone était éteint. Les bandes de vidéo-surveillance de la gare montrent RS Mugilan sortir de la gare de Chennai Egmore après 22h, mais on ignore l'endroit où il se trouve et s'il a pris place à bord du train. Selon d'autres défenseur-ses des droits humains, le téléphone de RS Mugilan a été repéré pour la dernière fois à Olukkur, dans le district de Villupuram.

Le 18 février 2019, craignant que RS Mugilan ait disparu de force à cause de ses allégations lors de la conférence de presse, People's Watch a soumis une demande d'habeas corpus devant la Haute cour de Madras (Chennai), après que leur plainte concernant le possible enlèvement de RS Mugilan, auprès du chef du cabinet du ministre et du directeur général de la police du Tamil Nadu, n'a mené à aucune action. La Haute cour de Madras a demandé au Commissaire de la police de Chennai et aux commissaires des districts de Kanchipuram et de Villupuram de répondre avant le 22 février 2019. Depuis, la police du Tamil Nadu a enregistré une plainte pour "disparition".

Le 25 février 2019, le directeur général de la police du Tamil Nadu a ordonné que l'affaire soit transférée devant la section criminelle du Crime Investigation Department (CB-CID). afin d'approfondir l'enquête.

Ce n'est pas la première fois que RS Mugilan est pris pour cible à cause de son travail pacifique en faveur des droits humains. En mars 2012, le défenseur a été illégalement détenu par la police pendant trois jours, pour avoir participé à la dénonciation de l'extraction illégale du sable à Koodankulam. Il avait de nouveau été arrêté en septembre 2017 pour son travail sur la même question et il n'avait été libéré qu'en septembre 2018, après que son avocat a obtenu sa libération sous caution.

Front Line Defenders est vivement préoccupée par la disparition du défenseur des droits humains RS Mugilan et pense que cette disparition est un acte de représailles pour avoir enquêté et dénoncé les violations des droits humains liées aux activités de la fonderie de cuivre Sterlites Industries. Front Line Defenders est également préoccupée par l'absence d'un environnement sûr et encourageant pour les défenseur-ses des droits humains en Inde dans lequel ils peuvent accomplir leur travail important.