Back to top

Détention de la défenseuse des droits humains Alice Kuvheya

Statut: 
Arrêtée
À propos de la situation

Le 14 juin 2021, la défenseuse des droits humains Alice Kuvheya a été arrêtée au poste de police de St Mary à Chitungwiza alors qu'elle s'était présentée au poste en présence d'un avocat. Elle est accusée d'incitation à des activités criminelles et de rassemblement dans l'intention d'inciter à la violence publique. La défenseuse des droits humains a été libérée le 17 juin 2021, mais doit comparaître devant le tribunal d'instance de Chitungwiza le 23 juin 2021.

À propos de la FDDH

Alice Kuvheya est défenseuse des droits humains et directrice de Chitungwiza Residents Trust (CHITREST). CHITREST est une association communautaire formée par des habitants de Chitungwiza. CHITREST a été fondée en 2013 et elle est enregistrée juridiquement en tant que fondation. La fondation communautaire s'efforce de fournir une éducation civique et un plaidoyer pour les droits humains au niveau communautaire, mais mène également des actions de plaidoyer sur les questions de santé et d'environnement. Alice Kuvheya milite pour la protection des structures commerciales informelles et des maisons à Chitungwiza et Harare.

22 Juin 2021
Détention de la défenseuse des droits humains Alice Kuvheya

Le 14 juin 2021, la défenseuse des droits humains Alice Kuvheya a été arrêtée au poste de police de St Mary à Chitungwiza alors qu'elle s'était présentée au poste en présence d'un avocat. Elle est accusée d'incitation à des activités criminelles et de rassemblement dans l'intention d'inciter à la violence publique. La défenseuse des droits humains a été libérée le 17 juin 2021, mais doit comparaître devant le tribunal d'instance de Chitungwiza le 23 juin 2021.

Download the urgent appeal.

Alice Kuvheya est défenseuse des droits humains et directrice de Chitungwiza Residents Trust (CHITREST). CHITREST est une association communautaire formée par des habitants de Chitungwiza. CHITREST a été fondée en 2013 et elle est enregistrée juridiquement en tant que fondation. La fondation communautaire s'efforce de fournir une éducation civique et un plaidoyer pour les droits humains au niveau communautaire, mais mène également des actions de plaidoyer sur les questions de santé et d'environnement. Alice Kuvheya milite pour la protection des structures commerciales informelles et des maisons à Chitungwiza et Harare.

Le 14 juin 2021, la défenseuse des droits humains Alice Kuvheya a été arrêtée au poste de police de St Mary à Chitungwiza alors qu'elle venait s'y présenter en présence d'un avocat. La police l'a cherchée chez elle pendant une semaine et la défenseuse avait fuit pour se cacher le temps que la situation s'apaise. L'arrestation intervient seulement quatre jours après qu'Alice Kuvheya, au nom de CHITRET, a obtenu une ordonnance du tribunal interdisant aux gouvernements local et central de démolir des structures commerciales informelles et des maisons à Chitungwiza et Harare. La défenseuse des droits humains est accusée d'incitation à des activités criminelles et au rassemblement dans l'intention d'inciter à la violence publique. Alice Kuvheyaa pu contacter sa famille et son avocat. La défenseuse a comparu le 16 juin devant le tribunal d'instance de Chitungwiza et a été placée en détention provisoire. Elle devait comparaître à nouveau devant le tribunal le 17 juin 2021 et a été placée en détention provisoire jusqu'au 23 juin 2021, date à laquelle elle doit à nouveau comparaître devant le tribunal.

Le 11 juin 2021, le coordinateur provincial du développement, un haut responsable du gouvernement de la province de Harare, a fait une déclaration publique menaçant de faire arrêter les dirigeants de CHITRET et de retirer la licence de l'organisation. Il a réitéré ces propos dans des communiqués à la radio, à la télévision et dans les journaux et a qualifié l'action en justice de CHITRET d'acte de malveillance qui doit être puni. En réponse à ces menaces, Alice Kuvheya a fait une déclaration dans une vidéo publiée en ligne, dans laquelle elle appelait les autorités à respecter la loi lors de l'expulsion des résidents ou des commerçants informels de leurs lieux de travail. Dans la vidéo, la défenseuse des droits humains prend position contre la démolition illégale de stands de vente et appelle les habitants et les commerçants informels à résister pacifiquement aux expulsions et aux démolitions illégales par le gouvernement. Le coordinateur du développement provincial a répondu sur Twitter en s'opposant davantage à la défenseuse des droits humains en laissant entendre qu'elle et les membres de CHITRET sont des politiciens et d'anciens conseillers.

Front Line Defenders condamne la détention de la défenseuse des droits humains Alice Kuvheya et pense qu'elle est prise pour cible uniquement à cause de son travail pacifique et légitime en faveur des droits humains au Zimbabwe. En outre, elle fait part de sa préoccupation concernant les actions ciblées contre les membres de CHITRET pour leur travail de résistance pacifique face aux expulsions et aux démolitions illégales par le gouvernement.