Back to top

#République Centrafricaine (RCA)

#République Centrafricaine (RCA)

Le conflit armé continue à affecter le pays et la sécurité reste l'une des principales préoccupations des défenseur-ses des droits humains (DDH). Aujourd'hui, la République Centrafricaine est un pays divisé en deux: l'est et le nord sont toujours occupés par une coalition de groupes armés connus sous le nom de Seleka, et accusée de graves exactions, tandis que la violence des anti-Balaka contre la population musulmane continue de faire rage à Bangui et dans l'ouest du pays.

Depuis le début de la guerre civile en décembre 2012, un climat général de peur règne toujours et les DDH sont en insécurité. Comme la population civile, ils sont extrêmement affectés par le conflit et pris pour cible par toutes les parties. Les DDH et les journalistes qui dénoncent les violations des droits humains perpétrées par les groupes armés, y compris les pillages de propriétés, torture, recrutements forcés d'enfants soldats, viols et meurtres, font l’objet de menaces de mort, actes graves de harcèlement et d’intimidation, torture, viols et meurtres. De nombreuses organisations ont vu leurs bureaux mis à sac par des rebelles armés qui souhaitent détruire toute preuve des exactions perpétrées par leurs membres.

Les bureaux de la presse et les stations radio sont aussi régulièrement ciblés par des raids des rebelles de la Seleka et des anti-Balaka, chaque groupe armé accusant l'autre d'être du côté de l'ennemi. Par conséquent, plusieurs leaders d'organisations de défense des droits humains et journalistes sont contraints de se cacher et d'autres ont dû fuir le pays pour leur propre sécurité. Lorsque les DDH dénoncent les pillages et les actes de violence à de la police, dans la plupart des cas, les personnes responsables ne sont pas traduites en justice et l'impunité prévaut. En outre, les DDH et journalistes qui dénoncent les violations commises par les soldats du gouvernement sont aussi victimes d'arrestations arbitraires, d'acharnement judiciaire, de menaces de mort, d'actes d'intimidation et de calomnie.