Back to top

Antécédents de l'affaire: Zhang Baocheng

Statut: 
Détenu
À propos de la situation

Le 31 mai 2016, messieurs Zhao Changqing, Zhang Baocheng et Mme Xu Caihong ont été arrêtés par la police de Pékin. Leur détention serait liée à la commémoration privée organisée à la veille du 27e anniversaire de la répression militaire des manifestations prodémocratie à Pékin en 1989. Quatre autres défenseur-ses des droits humains qui participaient à l'évènement restent injoignables. 

Download the Urgent Appeal (PDF)

À propos de Zhang Baocheng

Zhang BaochengZhang Baocheng participe activement au Mouvement des nouveaux citoyens, de nombreuses personnes qui militent pour plus de transparence parmi les cadres du parti communiste chinois, pour plus d'égalité au sein du système éducatif et pour un gouvernement constitutionnel. En 2014 il a été condamné à deux ans de prison pour avoir participé à des manifestations liées au mouvement.

2 Juin 2016
Au moins trois défenseur-ses des droits humains placés en détention après une commémoration privée de la répression de la place Tiananmen

Le 31 mai 2016, messieurs Zhao Changqing, Zhang Baocheng et Mme Xu Caihong ont été arrêtés par la police de Pékin. Leur détention serait liée à la commémoration privée organisée à la veille du 27e anniversaire de la répression militaire des manifestations prodémocratie à Pékin en 1989. Quatre autres défenseur-ses des droits humains qui participaient à l'évènement restent injoignables. 

Download the Urgent Appeal (PDF)

Le défenseur des droits humains Zhao Changqing a été emprisonné quatre fois, pour un total de 11 ans, à cause de ses activités en faveur de la promotion de la démocratie, de l'état de droit et des droits humains. Zhao Changqing a été emprisonné quatre mois après la répression de la place Tiananmen à Pékin en 1989. Au lendemain de la répression, il avait rassemblé des preuves détaillant les meurtres de manifestants par l'armée, avant d'être arrêté par des soldats le 7 juin; ces derniers l'avaient fouillé, avaient trouvé ses notes et l'avaient frappé et placé en détention. En 1998, il a écrit une lettre ouverte au Congrès national populaire appelant le Parti communiste chinois à suivre les pas de Taïwan pour entamer une transition vers la démocratie et les droits humains. Il a été accusé "d'incitation à la subversion du pouvoir de l'État" et emprisonné pendant trois ans. En 2002, il a organisé une campagne de signature pour appeler à la libération de son collègue défenseur des droits humains M. Yang Jianli, emprisonné par les autorités chinoises. Il a été arrêté et l'année suivante, il a été condamné à cinq ans de prison, de nouveau pour "incitation à la subversion du pouvoir de l'État". En 2011 et 2012, Zhao Changqing a lancé plusieurs rassemblements à Pékin dans le cadre du Mouvement des nouveaux citoyens pour débattre de l'état de droit, de la bonne gouvernance et de l'égalité au sein du système éducatif, et pour appeler les autorités chinoises à être plus à l'écoute des demandes du peuple chinois.. À cause de son rôle au sein de ce mouvement, il a été arrêté en 2013 et en 2014, il a de nouveau été condamné à deux ans et demi de prison. 

Zhang Baocheng participe activement au Mouvement des nouveaux citoyens, de nombreuses personnes qui militent pour plus de transparence parmi les cadres du parti communiste chinois, pour plus d'égalité au sein du système éducatif et pour un gouvernement constitutionnel. En 2014 il a été condamné à deux ans de prison pour avoir participé à des manifestations liées au mouvement.

Xu Caihong est une défenseuse des droits humains basée à Pékin; elle a été détenue plusieurs fois au cours des dernières années à cause de son militantisme. Elle a assisté des personnes qui se sont rendues à Pékin pour adresser des pétitions aux autorités centrales, après la violation de leurs droits, et elle avait précédemment participé aux commémorations de la répression de la place Tiananmen.

Dans la matinée du 31 mai 2016, la police de Pékin a arrêté Zhao Changqing chez lui. Vers 7h30 le même matin, alors que Zhang Baocheng quittait son appartement pour conduire sa femme, Mme Liu Juefan, au travail, ils ont tous les deux été arrêtés et conduits au poste de police. Liu juefan a été libérée peu après et reconduite chez elle. La police est arrivée vers 8h40 pour perquisitionner leur appartement. Deux ordinateurs et un appareil photo ont été saisis. Xu Caihong aurait aussi été arrêtée tôt dans la matinée du 31 mai 2016 et elle est détenue au poste du district de Fengtai, pour avoir "provoquer une querelle et des troubles". Zhao Changqing et Zhang Baocheng seraient aussi détenus en vertu des mêmes accusations, pourtant cela n'a pas encore été confirmé.

Le 28 mai 2016, Zhao Changqing, Zhang Baocheng, Xu Caihong et quatre autres défenseur-ses des droits humains ont participé à une rencontre privée chez Zhao Changqing pour commémorer les victimes du massacre de la place Tiananmen en 1989, à la veille du 27e anniversaire de la répression des 3 et 4 juin. Après la rencontre, les participants ont posté une photo d'eux-mêmes sur internet, assis devant un poster rappelant la répression de la place Tiananmen et appelant à la libération de leurs collègues défenseurs des droits humains Guo Feixiong et Yu Shiwen. Les quatre autres participants messieurs Li Wei, Ma Xinli, Liang Taiping et Mme Li Meiqing seraient injoignables depuis la matinée du 31 mai 2016.    

Front Line Defenders exhorte les autorités de la Chine à:

1. Libérer immédiatement et sans condition les défenseur-ses des droits humains Zhao Changqing, Zhang Baocheng et Xu Caihong et abandonner toutes les charges qui pèsent contre eux, car il semble que tout cela soit uniquement motivé par leur travail légitime et pacifique en faveur des droits humains;

2. Informer les familles de Zhao Changqing et Zhang Baocheng de leur lieu de détention, et autoriser les défenseurs et Xu Caihong à accéder immédiatement et sans restriction à des avocats de leur choix;

3. Informer les familles de l'endroit où se trouvent Li Wei, Ma Xinli, Liang Taiping et Li Meiqing, car il semble qu'ils soient détenus par la police, et les autoriser à accéder immédiatement et sans restriction à des avocats;

4. Assurer que le traitement des défenseurs des droits humains pendant leur détention préventive, corresponde à toutes les conditions établies dans les « Principes fondamentaux relatifs à la Protection de Toute Personne contre Toute Forme de Détention ou Emprisonnement » adoptés par l'Assemblée Générale de l'ONU dans sa résolution 43/173 du 9 décembre 1988 ;

5. Cesser immédiatement de cibler tous-tes les défenseur-ses des droits humains en Chine et garantir qu'en toutes circonstances ils-elles puissent mener à bien leurs activités légitimes en faveur des droits humains, sans craindre ni restrictions ni représailles.