Back to top

Antécédents de l'affaire: Narges Mohammadi

Statut: 
Emprisonnée
À propos de la situation

Le 13 août 2018, la défenseuse des droits humains Narges Mohammadi a été transférée d'une cellule de la prison Evin à Téhéran vers l'hôpital Imam Khomeini en raison de l'aggravation de sa maladie et de spasmes musculaires. La défenseuse souffre de fortes douleurs depuis plusieurs semaines, cependant ses demandes de transfert à l'hôpital pour être soignée avait été refusées.

Le 18 mai 2016, le tribunal révolutionnaire d'Iran a condamné la défenseuse des droits humains Narges Mohammadi à 16 ans de prison pour plusieurs chefs d'accusation dont "adhésion au groupe [désormais interdit] Pas à pas contre la peine de mort", pour avoir "participé à un rassemblement et collusion contre la sécurité nationale" et "propagande contre l'État". Les responsables du ministère des Renseignements l'ont arrêtée chez elle le 5 mai 2015.

À propos de Narges Mohammadi

Narges MohammadiNarges Mohammadi est directrice adjointe du Defenders of Human Rights Centre (DHRC). Elle a été élue présidente du comité exécutif du Conseil national de la paix en Iran, une large coalition contre la guerre et pour la promotion des droits humains. Elle milite pour l'abolition de la peine de mort en Iran et a reçu le prix Per Anger du gouvernement suédois en 2011 pour récompenser son travail en faveur des droits humains.

25 Août 2018
Détérioration de la santé de la défenseuse des droits humains Narges Mohammadi

Le 13 août 2018, la défenseuse des droits humains Narges Mohammadi a été transférée d'une cellule de la prison Evin à Téhéran vers l'hôpital Imam Khomeini en raison de l'aggravation de sa maladie et de spasmes musculaires. La défenseuse souffre de fortes douleurs depuis plusieurs semaines, cependant ses demandes de transfert à l'hôpital pour être soignée avait été refusées.

Narges Mohammadi a déjà été conduite dans un hôpital pour subir une opération chirurgicale, à savoir l'ablation de la vésicule biliaire, le 1er juillet 2018, mais elle avait été renvoyée en prison immédiatement après l'opération, bien qu'elle aurait dû être libérée de toute urgence pour raison médicale. Après l'opération, les médecins ont trouvé une grosseur dans son estomac mais la défenseuse n'a pas pu passer de plus amples examens médicaux. Narges Mohammadi souffre aussi de troubles neurologiques qui lui provoquent une paralysie musculaire. En raison de son état de santé, elle a réclame un traitement régulier depuis mai 2015, lorsqu'elle a été emprisonnée.

Narges Mohammadi est directrice adjointe du Defenders of Human Rights Centre (DHRC). Elle purge actuellement une peine de 16 ans de prison pour ses activités au sein du DHRC, pour les interviews qu'elle a données à des médias étrangers, pour avoir fondé le groupe Step by Step to Stop Death Penalty (pas à pas pour stopper la peine de mort), également appelé LEGAM, et pour son travail avec la prix Nobel de la Paix Shirin Ebadi.

Le 28 septembre 2016, la cour d'appel de Téhéran a maintenu la peine de 16 ans de prison prononcée contre Narges Mohammadi, en confirmant la peine de 10 ans pour "appartenance au groupe Step by Step to Stop Death Penalty", une peine de cinq ans pour "collusion et rassemblement contre la sécurité nationale" et une peine d'un an pour "avoir diffusé de la propagande contre le système".

Front Line Defenders est vivement préoccupée par l'intégrité physique et psychologique de Narges Mohammadi et appelle les autorités iraniennes à infirmer ses différentes inculpations, à la libérer immédiatement, et à lui fournir tous les soins médicaux nécessaires. Front Line Defenders pense que Narges Mohammadi a été inculpée uniquement à cause de son travail légitime et pacifique en faveur des droits des humains.

 

13 Juillet 2016
Narges Mohammadi menacée pendant sa grève de la faim

Narges Mohammadi a entamé une grève de la faim depuis le 27 juin 2016, pour protester contre les autorités qui refusent qu'elle ait un contact téléphonique avec son jeune fils et sa fille qui vivent à Paris avec leur père, Taghi Rahmani. 

Un représentant judiciaire de la prison Evin l'a menacée afin de la forcer à mettre un terme à sa grève de la faim.

20 Mai 2016
Le tribunal révolutionnaire condamne Narges Mohammadi à 16 ans de prison

Le 18 mai 2016, la branche 15 du tribunal révolutionnaire a condamné la défenseuse des droits humains Mme Narges Mohammadi à 16 ans de prison pour plusieurs chefs d'accusation dont "adhésion au groupe [désormais interdit] Pas à pas contre la peine de mort", pour avoir "participé à un rassemblement et collusion contre la sécurité nationale" et "propagande contre l'État".

Narges Mohammadi, qui est actuellement emprisonnée dans la prison Evin, a été arrêté chez elle par des représentants du ministère des Renseignements le 5 mai 2015. Au moment de l'arrestation, les agents du ministère ont déclaré que Narges Mohammadi était placée en détention provisoire afin de purger le reste de la peine à laquelle elle avait été condamnée le 22 avril 2012, mais de laquelle elle avait été libérée sous caution le 31 juillet 2012 pour raisons médicales. Elle avait été initialement condamnée à 11 ans de prison pour avoir fait de la propagande contre la République Islamique d'Iran, pour avoir soutenu les familles de prisonniers politiques, pour appartenir au CDDH et pour conspiration contre la sécurité nationale.

Le 3 mai 2015, de nouvelles accusations de "rassemblement et collusion contre la sécurité nationale" et "propagande contre l'État" ont été portées contre elle. Ces accusations sont basées sur ses activités au DHRC et sa coopération avec la lauréate du Prix Nobel de la Paix Mme Shirin Ebadi, sur des interviews qu'elle a données avec des médias et sur la création du groupe Pas à pas contre la peine de mort, que les autorités considèrent comme illégal et dangereux pour la sécurité de l'État.   

Front Line Defenders est profondément préoccupée par la condamnation de Narges Mohammadi, car elle est uniquement due à son travail légitime et pacifique pour la promotion et la protection des droits humains en Iran. Nous exhortons les autorités iraniennes à infirmer l'inculpation de la défenseuse et à la libérer.

8 Janvier 2016
Ongoing judicial harassment of Narges Mohammadi

Human rights defender Ms Narges Mohammadi is currently facing further criminal charges while in detention in Evin Prison.

A hearing for Narges Mohammadi was reportedly scheduled by Iranian authorities on July 6, 2015, before Branch 15 of the Islamic Revolution Court of Tehran. A request was made by the Ministry of Intelligence to the judge for the issuance of the maximum punishment against the human rights defender, on the basis of the charges presented against her on the hearing on 3 May 2015. These charges included “assembly and collusion against national security” and “spreading propaganda against the State.” The hearing did not take place and has thus far not been rescheduled.

The human rights defender was arrested at her home by intelligence ministry officials on 5 May 2015. At the time of the arrest, intelligence ministry officials stated that Narges Mohammadi was being taken into custody in order to serve the remainder of the six-year prison sentence she had received on 22 April 2012, from which the human rights defender was released on bail on 31 July 2012 for medical reasons. Her sentence had originally been for 11-years' imprisonment, based on a false conviction for offences including the spreading of propaganda against the Islamic Republic of Iran, supporting the families of political prisoners, membership of the DHRC and conspiring against national security.

Days prior to her arrest, on 3 May 2015, Narges Mohammadi had attended the first hearing of her trial at Branch 15 of the Islamic Revolution Court, where prosecutors laid down a new indictment against her. The human rights defender now faces charges of assembly and collusion against national security on the basis of her activities at the DHRC and her cooperation with the Nobel Laureate Ms Shirin Ebadi, propaganda against the state based on interviews she conducted with foreign media outlets, and establishing the Step by Step to Stop Death Penalty group, which is deemed anti-security and illegal. A rescheduling of the trial followed the indictment by the prosecutor, in order to give her lawyers an opportunity to read the prosecution's file against Narges Mohammadi.

Attempts to stifle Narges Mohammadi's human rights work have been frequent since her release on bail in July 2012. The human rights defender was banned from travelling after she met Ms Catherine Ashton, former High Representative of the European Union for Foreign Affairs and Security Policy, on 8 March 2014 at the Austrian Embassy in Tehran, and has faced interrogation about their discussion on several occasions.

8 Mai 2015
Human rights defender Ms. Narges Mohammadi arrested

In the early morning of 5 May 2015, Iranian intelligence ministry officials arrested human rights defender Narges Mohammadi at her home. She is currently detained in Evin Prison.

At the time of the arrest, intelligence ministry officials stated that Narges Mohammadi was being taken into custody in order to serve the remainder of the six-year prison sentence she had received on 22 April 2012, from which the human rights defender was released on bail on 31 July 2012 for medical reasons. Her sentence had originally been for 11-years' imprisonment, based on a false conviction for offences including the spreading of propaganda against the Islamic Republic of Iran, supporting the families of political prisoners, membership of the DHRC and conspiring against national security.

Days prior to her arrest, on 3 May 2015, Narges Mohammadi had attended the first hearing of her trial at Branch 15 of the Islamic Revolution Court, where prosecutors laid down a new indictment against her. The human rights defender now faces charges of assembly and collusion against national security on the basis of her activities at the DHRC and her cooperation with the Nobel Laureate Ms Shirin Ebadi, propaganda against the state based on interviews she conducted with foreign media outlets, and establishing the Step by Step to Stop Death Penalty group, which is deemed anti-security and illegal. A rescheduling of the trial followed the indictment by the prosecutor, in order to give her lawyers an opportunity to read the prosecution's file against Narges Mohammadi.

Attempts to stifle Narges Mohammadi's human rights work have been frequent since her release on bail in July 2012. The human rights defender was banned from travelling after she met Ms Catherine Ashton, former High Representative of the European Union for Foreign Affairs and Security Policy, on 8 March 2014 at the Austrian Embassy in Tehran, and has faced interrogation about their discussion on several occasions.