Posted 2009/1/28

Tunisie - MISE À JOUR: arrestation du journaliste Dhafer Otay et harcèlement du personnel de Radio Kalima

Front Line est préoccupée suite à l’annonce de l’arrestation, le 27 janvier 2009, du journaliste Dhafer Otay, coordinateur de Radio Kalima. Ce matin (vendredi 30 janvier), la police est entrée par effraction dans les bureaux de Radio Kalima, a coupé le téléphone et saisi l'équipement radio.

Informations complémentaires

D'autres défenseurs des droits humains et journalistes, qui partagent le même bâtiment, continuent d'être harcelés, dont Mohamed Abbou, secrétaire du Conseil National pour les Libertés en Tunisie – CNLT; Zouhayr Makhlouf, secrétaire général de Liberté et Equité; et le journaliste Slim Boukhdir.

Le 27 janvier 2009, vers 14h00, Dhafer Otay a été arrêté par la police devant les locaux de Radio Kalima. Il venait de quitter le bâtiment après la réunion de rédaction quotidienne et prenait une pause en compagnie de sa collègue, Mme Marwa Rekik. A son retour, près de 30 policiers en civil encerclaient le bâtiment, interdisant à quiconque d’y entrer. Plusieurs policiers ont barré le passage à Dhafer Otay. Ils ont aussi empêché Marwa Rekik d’entrer et elle a vu les policiers embarquer Dhafer Otay. Dhafer Otay a été libéré vers 20h00. Cependant, il a été averti qu’il serait emprisonné s’il retournait dans les locaux de Radio Kalima. Les policiers qui entouraient Radio Kalima ont retenu des membres du personnel de la radio à l’intérieur du bâtiment. Lors des jours précédents, les journalistes de Radio Kalima et notamment Dhafer Otay, avaient reçu des menaces de la police, alors qu’ils couvraient des événements médiatiques et la connexion Internet de la radio était coupée un jour sur deux.

Le 28 janvier 2009, le nombre de policiers postés devant les bureaux de Radio Kalima a augmenté et Mohamed Abbou et Slim Boukhdir n’ont pas été autorisés à entrer dans les bureaux du CNLT, situés dans le même bâtiment. Lorsque Zouhayr Makhlouf a fait part de sa solidarité avec Radio Kalima, il a été violemment frappé par la police.

Depuis le 27 janvier 2009, Radio Kalima, qui auparavant diffusait par Internet, diffuse désormais ses programmes par satellite. La direction de Radio Kalima pense que l’arrestation de Dhafer Otay est sans doute liée à la décision de l’organisation de diffuser par satellite. Front Line pense que Dhafer Otay et Radio Kalima ont été pris pour cible à cause de leurs actions légitimes et pacifiques en faveur des droits humains. Front Line pense que ceci fait partie d’une campagne de harcèlement contre Radio Kalima et ses membres, ainsi que contre toutes les organisations de défense des droits humains en Tunisie.

Une mise à jour est nécessaire pour cette action. Avant de poursuivre cette action, contactez info@frontlinedefenders.org pour plus d'informations