Back to top

Subventions de protection

Subventions de protection

En 2001, Front Line Defenders a lancé son programme de subventions de protection qui rencontre un important succès. Ce programme vise à fournir une assistance financière opportune et efficace aux défenseur-ses des droits humains en danger.

Les subventions de protection de Front Line Defenders peuvent financer des dispositions pour améliorer la sécurité et la protection d’un-e défenseur-se et de leur organisation, et peuvent financer:

  • la sécurité des technologies de l’information et des communications
  • les frais d’avocats des DDH victimes d’acharnement judiciaire
  • les frais médicaux des DDH qui ont été agressés ou qui ont des problèmes médicaux à cause de leurs activités en faveur des droits humains
  • l'aide aux familles des DDH emprisonnés ou aux membres d'une famille en danger à cause des activités d'un DDH

 

Le montant d'une subvention s'élève à 7500 euros maximum.

 

 

 

 

 

 

 

 

Front Line Defenders ne finance pas:

  • Les financements rétroactifs;
  • Les organisations internationales;
  • Les organisations qui ont déjà demandé ou déjà reçu un financement d'une autre source pour le même objectif;
  • Les projets qui abordent la question des droits humains en général et non pas la situation spécifique des défenseurs des droits humains;
  • Les frais des défenseurs des droits humains qui sont déjà en exil;
  • Les frais courants liés au fonctionnement d'un bureau, tels que les salaires et le loyer;
  • Les gardes du corps armés;
  • L'achat de véhicules.

En général, les subventions de Front Line ne couvrent pas la totalité du coût du projet. Les demandes de subvention peuvent être soumises en français, anglais, espagnol, arabe, russe, farsi, portugais ou chinois.

Une fois la demande soumise, Front Line pourra contacter l’organisation afin de poser des questions en vue de clarifier la demande. Le lobbying pour les demandes de subvention n’est pas encouragé. Tous ceux qui sollicitent une subvention reçoivent une réponse écrite, qu’elle soit positive ou négative.

Tout groupe ou individu qui reçoit une subvention doit soumettre un court rapport écrit, relatif à la réalisation de son projet, accompagné de tous les justificatifs. Si pour quelque raison que ce soit, le projet n'est pas réalisé ou s'il reçoit un financement alternatif, la subvention doit être rendue à Front Line et ne peut pas être allouée à un autre projet. Front Line se réserve le droit de vérifier si la même demande de subvention n'a pas déjà été financée par un autre bailleur de fonds. Si le rapport sur la mise en œuvre de la subvention n'est pas remis, le solliciteur ne sera plus éligible pour une autre subvention.