Back to top
father_marcelito_tito_paez.jpg

Father Marcelito "Tito" Paez

DDH & coordinateur régional
Rural Missionaries of Philippines
Violations:

Le Père Marcelito “Tito” Paez était l'ancien prêtre de la paroisse de Gumbia, et coordinateur régional des Missions rurales des Philippines dans le centre l'île de Luçon, En 1980, il était leader de Central Luçon Alliance for a Sovereign Philippines (CLASP), et militait pour le retrait des bases militaires américaines des Philippines. Il militait également contre le nucléaire.

Le climat d'impunité qui règne aux Philippines, associé au fait que l'administration encourage les exécutions extrajudiciaires des présumés consommateurs de drogue, ainsi que la ligne de plus en plus dure de l'armée à l'encontre du Front démocratique national des Philippines, ont entrainé une grave détérioration de la situation des défenseurs des droits humains dans le pays. Depuis l'élection du Président Rodrigo Duterte en mai 2016, les DDH font face à une vague d'assassinats et de violence. L'acharnement judiciaire et la criminalisation des DDH restent communs; les politiciens et les acteurs privés, tels que les compagnies minières, utilisent le système judiciaire pour réduire au silence ceux qui s'opposent à leurs intérêts. Les DDH sont accusés de crimes violents ou d'appartenir à la Nouvelle armée populaire, l'aile armée du Parti communiste. Les DDH ont aussi signalé des cas d'étroite surveillance de la part des forces de l'ordre. Depuis que la loi martiale a été décrétée à Mindanao en mai 2017, et compte tenu de la crainte qu'elle soit étendue à tout le pays, les défenseur-ses des droits humains sont de plus en plus souvent ciblés par des menaces, des actes d'intimidation et de harcèlement de la part de l'armée.