Back to top

#Arabie Saoudite

#Arabie Saoudite

Les défenseur-ses des droits humains, militant-es et particuliers qui critiquent les politiques gouvernementales ou qui expriment des opinions dissidentes ou divergentes de la ligne suivie par les autorités, sont victimes de harcèlement, surveillance, détentions arbitraires, campagnes de diffamation, et procès inéquitables. Les membres des familles des DDH sont également la cible d'actes d'intimidation et de harcèlement de la part des autorités.

La nouvelle loi contre le terrorisme adoptée en 2014 est utilisée contre les défenseur-ses des droits humains et ceux qui critiques le gouvernement. Certains sont condamnés à de lourdes peines par le tribunal contre le terrorisme, notamment à de longues peines de prison. Le gouvernement s'en prend à ceux qui militent sur internet et aux membres de leurs familles qui dénoncent les violations des droits humains. Les procédures normales et le droit à un procès équitable ne sont pas souvent respectés. Les accusés sont fréquemment condamnés à recevoir des centaines de coups de fouet.

Les organisations de défense des droits humains et les groupes indépendants ne sont pas autorisés à opérer légalement dans le pays. Ceux qui en sont membres risquent d'être poursuivis pour avoir "fondé une organisation non enregistrée". Une loi qui autoriserait les organisations non caritatives à opérer a été abordée, mais n'a pas été adoptée en 2014.