Back to top

Le défenseur des droits humains Yahya Mohamed el Hafed Aaza détenu dans un lieu inconnu

Statut: 
emprisonné
À propos de la situation

Le 5 mars 2021, la famille du défenseur des droits humains Yahya Mohamed el Hafed Aaza a été autorisée à lui rendre visite dans la prison de Bouzarkarn pour la première fois en un an.

Le défenseur sahraoui des droits humains Yahya Mohamed el Hafed Aaza est détenu à l'isolement depuis près de 12 semaines et sa santé s'est rapidement détériorée en raison des conditions inhumaines dans lesquelles il est détenu.

Le 9 décembre 2020, le défenseur des droits humains Yahya Mohamed el Hafed Aaza a appelé sa famille pour la première fois depuis sa disparition il y a presque deux mois. Il a informé sa famille qu'il est détenu dans la prison de Bouzarkarn dans le sud du Maroc.

Depuis le 13 octobre 2020, on ignore où se trouve le défenseur des droits humains Yahya Mohamed el Hafed Aaza. Ni sa famille ni son avocat n'ont pu localiser ou contacter le défenseur des droits humains emprisonné et ils sont profondément préoccupés par son bien-être et sa santé.

À propos de Yahya Mohamed el Hafed Aaza

YAHYA MOHAMED EL HAFED AAZAYahya Mohamed el Hafed Aaza est un défenseur des droits humains sahraoui ; il est co-fondateur du Collectif sahraoui des défenseurs des droits humains (CODESA). Il est également président de la branche du Collectif dans la province de Tan Tan, où son travail se concentre sur les droits des prisonniers politiques sahraouis. Yahya Mohamed el Hafed Aaza est connu comme le «père» parmi les prisonniers politiques, pour son travail de soutien aux militants nouvellement emprisonnés et en les aidant à survivre aux conditions de détention.

14 Mars 2021
Yahya Mohamed el Hafed Aaza autorisé à voir sa famille pour la première fois en un an

Le 5 mars 2021, la famille du défenseur des droits humains Yahya Mohamed el Hafed Aaza a été autorisée à lui rendre visite dans la prison de Bouzarkarn pour la première fois en un an. La visite n’a duré que 15 minutes et les gardiens sont restés tout le temps. Sa femme et son fils ont indiqué que le défenseur semblait en mauvaise condition physique, qu’il avait besoin d’un nébuliseur d’oxygène et qu’il se déplaçait en fauteuil roulant, car il n’est pas en mesure de marcher seul.

9 Janvier 2021
Yahya Mohamed el Hafed Aaza détenu dans des conditions inhumaines

Le défenseur sahraoui des droits humains Yahya Mohamed el Hafed Aaza est détenu à l'isolement depuis près de 12 semaines et sa santé s'est rapidement détériorée en raison des conditions inhumaines dans lesquelles il est détenu.

Yahya Mohamed el Hafed Aaza est un défenseur des droits humains sahraoui ; il est co-fondateur du Collectif sahraoui des défenseurs des droits humains (CODESA). Il a également été président de la branche de CODESA dans la province de Tan Tan, où son travail se concentre sur les droits politiques des prisonniers sahraouis. Yahya Mohamed el Hafed Aaza est considéré comme une figure paternelle parmi les prisonniers politiques grâce au soutien qu'il apporte aux militants nouvellement emprisonnés, en les aidant à survivre aux conditions de détention.

Le 9 décembre 2020, Yahya Mohamed el Hafed Aaza a appelé sa famille pour la première fois depuis sa disparition près de deux mois auparavant. Il leur a dit qu'il est détenu dans la prison de Bouzarkarn, dans le sud du Maroc. Entre le 13 octobre et le 9 décembre on ignorait où se trouvait Yahya Mohamed el Hafed Aaza. Le défenseur est désormais autorisé à utiliser le téléphone trois fois par semaine pendant quelques minutes. Lors d'un récent appel, il a informé sa famille de ses mauvaises conditions de détention. Le défenseur est détenu à l'isolement depuis presque de 12 semaines et il n'a pas accès à des soins médicaux. Son asthme est aggravé par des conditions d'hygiène insalubres tandis que les rhumatismes dont il souffre sont également aggravés par le manque de mouvement car il n'est pas autorisé à quitter sa cellule. Yahya Mohamed el Hafed souffre aussi d'une maladie rénale qui n'est pas soignée depuis tout ce temps.

La plupart des détenus comptent sur le soutien de leurs familles qui leur fournissent de l'argent pour pouvoir acheter de la nourriture au magasin de la prison et qu'ils peuvent ensuite cuisiner eux-mêmes. Yahya Mohamed el Hafed Aaza est contraint de manger la nourriture de la prison, qui est servie en très petite portion. Il n'est pas autorisé à recevoir de la nourriture ou de l'argent de sa famille. En outre, le défenseur des droits humains s'est vu refuser l'accès à la plupart de ses effets personnels. Le 23 décembre 2020, le directeur de la prison a rendu visite à Yahya Mohamed el Hafed Aaza dans sa cellule et a ordonné la confiscation de sa télévision et de sa radio. Le directeur de la prison a également dit au défenseur des droits humains qu'il ne bénéficierait d'aucune forme de traitement médical et qu'il ne serait autorisé à se rendre à l'hôpital. Le défenseur a rapporté qu'en sortant de la cellule, le directeur de la prison l'avait menacé en disant : «Je vais te tuer». De plus, le 24 décembre, le directeur de la prison a coupé l’électricité de la cellule de Yahya Mohamed el Hafed Aaza. Le défenseur est tombé deux fois au cours de la nuit alors que sa cellule était dans l'obscurité totale.

Front Line Defenders pense que Yahya Mohamed el Hafed Aaza est détenu uniquement en raison de son travail légitime et pacifique en faveur des droits humains. Front Line Defenders est profondément préoccupée par la santé et le bien-être de Yahya Mohamed el Hafed Aaza et la situation précaire des défenseurs des droits humains sahraouis qui sont continuellement harcelés par les autorités marocaines. Front Line Defenders exhorte les autorités marocaines à veiller à ce que le traitement de Yahya Mohamed el Hafed Aaza pendant sa détention, corresponde à toutes les conditions établies dans les «Principes fondamentaux relatifs à la protection de toute personne contre toute forme de détention ou emprisonnement» adoptés par l'Assemblée Générale de l'ONU dans sa résolution 43/173 du 9 décembre 1988. Front Line Defenders exhorte également les autorités à libérer immédiatement et sans condition Yahya Mohamed el Hafed Aaza et à infirmer sa peine de prison.

13 Décembre 2020
Le défenseur des droits humains Yahya Mohamed el Hafed Aaza enfin localisé

Le 9 décembre 2020, le défenseur des droits humains Yahya Mohamed el Hafed Aaza a appelé sa famille pour la première fois depuis sa disparition il y a presque deux mois. Il a informé sa famille qu'il est détenu dans la prison de Bouzarkarn dans le sud du Maroc.

Entre le 13 octobre et le 9 décembre on ignorait où se trouvait Yahya Mohamed el Hafed Aaza. En 2008, il avait été condamné à 15 ans de prison pour avoir organisé une manifestation à Tan Tan.

18 Novembre 2020
Le défenseur des droits humains Yahya Mohamed el Hafed Aaza détenu dans un lieu inconnu

Depuis le 13 octobre 2020, on ignore où se trouve le défenseur des droits humains Yahya Mohamed el Hafed Aaza. Ni sa famille ni son avocat n'ont pu localiser ou contacter le défenseur des droits humains emprisonné et ils sont profondément préoccupés par son bien-être et sa santé.

Download the Urgent Appeal

Yahya Mohamed el Hafed Aaza est un défenseur des droits humains sahraoui ; il est co-fondateur du Collectif sahraoui des défenseurs des droits humains (CODESA). Il est également président de la branche du Collectif dans la province de Tan Tan, où son travail se concentre sur les droits des prisonniers politiques sahraouis. Yahya Mohamed el Hafed Aaza est connu comme le «père» parmi les prisonniers politiques, pour son travail de soutien aux militants nouvellement emprisonnés et en les aidant à survivre aux conditions de détention.

Le 13 octobre 2020, le défenseur des droits humains Yahya Mohamed el Hafed Aaza a été transféré de sa cellule de la prison de Bouzairkarn vers un lieu inconnu et n'a plus donné de nouvelles depuis. Yahya Mohamed el Hafed Aaza avait indiqué que, le 9 octobre 2020, il avait été placé dans une cellule avec un prisonnier testé positif au COVID-19. La famille de Yahya Mohamed el Hafed Aaza et son avocat sont très inquiets de savoir où il se trouve et pour sa santé et son bien-être.

En 2008, Yahya Mohamed el Hafed Aaza a été condamné à quinze ans de prison pour avoir organisé une manifestation à Tan Tan, au cours de laquelle un policier marocain a été tué. Même si le défenseur des droits humains n'était pas présent à cette manifestation, il a par la suite été condamné pour l'avoir organisée. Selon son avocat, les preuves utilisées contre Yahya Mohamed el Hafed Aaza ont été obtenues sous la torture par la police marocaine. Il s'est également vu refuser son droit à bénéficier d'une procédure régulière, y compris son droit de présenter les preuves de sa propre innocence.

Yahya Mohamed el Hafed Aaza est détenu dans des conditions surpeuplées et insalubres qui ne respectent pas les normes internationales relatives aux droits humains. Au cours de sa détention, il a entamé plusieurs grèves de la faim pour protester contre les conditions inhumaines et les mauvais traitements à l'intérieur de la prison de Bouzairkarn.

Les défenseur-ses des droits humains sahraouis continuent d'être harcelés par les autorités marocaines pour leur travail pacifique en faveur des droits humains. Le 16 novembre 2020, les forces spéciales marocaines ont pris d'assaut les maisons des défenseurs des droits humains Mohamed Hadi et Al-Sharif Khalail pour tenter de les arrêter. La tentative a échoué car les deux défenseurs des droits humains n'étaient pas chez eux à ce moment-là. Mohamed Hadi et Al-Sharif Khalail travaillent avec la Fondation Nushatta pour les médias et les droits de l'Homme. Au cours du raid, les forces spéciales marocaines auraient insulté verbalement les familles des défenseurs des droits humains et menacé de les arrêter.

Front Line Defenders pense que Yahya Mohamed el Hafed Aaza est détenu uniquement en raison de son travail légitime et pacifique en faveur des droits humains. Front Line Defenders est profondément préoccupée par le bien-être et l’état de santé de Yahya Mohamed el Hafed Aaza ainsi que par la situation précaire des défenseur-ses des droits humains sahraouis qui sont constamment harcelés par les autorités marocaines.