Back to top

La police ouvre un rapport de première information contre Gulalai Ismail en vertu de la loi contre le terrorisme

Statut: 
Menacée d'être arrêtée
À propos de la situation

Le 22 mai 2019, la police d'Islamabad a ouvert un rapport de première information (FIR) contre Gulalai Ismail, une défenseuse des droits humains qui milite contre les exécutions extrajudiciaires dans le pays. Elle est accusée de plusieurs délits, dont certains en vertu de la loi contre le terrorisme. Gulalai Ismail et d'autres défenseur-ses des droits humains et membres du public ont récemment dénoncé l'enlèvement, le viol et le meurtre d'une fillette de 10 ans, dont le corps a été retrouvé le 21 mai. Il semble que la défenseuse soit prise pour cible à cause de son plaidoyer dans cette affaire.

À propos de Gulalai Ismail

Gulalai IsmailGulalai Ismail est une défenseuse des droits humains pakistanaise, co-fondatrice et présidente de l'organisation Aware Girls, et présidente du Youth Peace Network. Elle parle régulièrement au Pakistan et à l'étranger de la construction de la paix dans le pays et de l'autonomisation des femmes. Aware Girls vise à remettre en cause la culture de la violence et l'oppression des femmes dans les zones rurales de Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest du Pakistan). Le Youth Peace Network forme les jeunes aux droits humains et au leadership politique en encourageant la participation des femmes dans la politique au Pakistan et en encourageant la tolérance entre les religions.

26 Mai 2019
La police ouvre un rapport de première information contre Gulalai Ismail en vertu de la loi contre le terrorisme

Le 22 mai 2019, la police d'Islamabad a ouvert un rapport de première information (FIR) contre Gulalai Ismail, une défenseuse des droits humains qui milite contre les exécutions extrajudiciaires dans le pays. Elle est accusée de plusieurs délits, dont certains en vertu de la loi contre le terrorisme. Gulalai Ismail et d'autres défenseur-ses des droits humains et membres du public ont récemment dénoncé l'enlèvement, le viol et le meurtre d'une fillette de 10 ans, dont le corps a été retrouvé le 21 mai. Il semble que la défenseuse soit prise pour cible à cause de son plaidoyer dans cette affaire.

Download the Urgent Appeal

Gulalai Ismail est une défenseuse des droits humains pakistanaise, co-fondatrice et présidente de l'organisation Aware Girls, et présidente du Youth Peace Network. Elle parle régulièrement au Pakistan et à l'étranger de la construction de la paix dans le pays et de l'autonomisation des femmes. Aware Girls vise à remettre en cause la culture de la violence et l'oppression des femmes dans les zones rurales de Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest du Pakistan). Le Youth Peace Network forme les jeunes aux droits humains et au leadership politique en encourageant la participation des femmes dans la politique au Pakistan et en encourageant la tolérance entre les religions.

Le 15 mai 2019, une fillette âgée de 10 ans a disparu près de chez elle à Islamabad. Bien que ses parents aient signalé sa disparition le jour-même, il a fallu quatre jours à la police avant d'enregistrer le FIR et même après cela, elle n'a pas ouvert d'enquête convenable. Son corps a été retrouvé dans une forêt le 21 mai, ce qui a suscité une vague d'indignation et de protestation.

 Gulalai Ismail a ouvertement critiqué la réponse de la police dans cette affaire. Le FIR ouvert contre elle mentionne les sections 500 (punition pour diffamation), 153-A (promotion de l'inimitié entre les différents groupes, etc) et 124-A (sédition) du Code pénal pakistanais, ainsi que les sections 6/7 de la loi de 1997 contre le terrorisme. Il est très fréquent que les activistes pachtounes soient taxés d'être "contre le terrorisme" ou de "séditieux", en particulier lorsqu'ils critiquent les actions de l'armée ou du gouvernement qui baffouent les droits humains. La défenseuse a déjà fait l'objet d'accusations similaires après avoir critiqué l'armée pakistanaise, la police et les autorités en particulier en ce qui concerne les exécutions extrajudiciaires.

Le 12 octobre 2018,  Gulalai Ismail a été arrêtée pendant plusieurs heures par la Federal Investigative Authority alors qu'elle revenait au Pakistan. En février 2019, elle a été arbitrairement détenue et avait disparu pendant près de 40 heures ; après sa libération elle avait continué son travail et son plaidoyer en faveur d'autres personnes disparues de force. À son insu, elle a été placée sur une liste de contrôle des sorties qui restreint sa liberté de circulation et l'empêche de quitter le pays. Il semble que le FIR du 23 mai soit un acte de représailles direct lié aux critiques qu'elle a faites à l'encontre de la manière dont l'État à répondu au viol et au meurtre de la fillette de 10 ans.

Après l'ouverture du FIR, le 23 mai vers 4 heures du matin, la police pakistanaise a perquisitionné le domicile familial de Gulalai Ismail, en envoyant au moins huit véhicules de policiers armés, selon les membres de sa famille. La police a saccagé le domicile de ses parents, mais n'a pas trouvé la défenseuse, qui était partie se cacher par crainte pour sa sécurité.