Back to top

Menaces contre Pablo Salinas Cavalotti

Statut: 
Menacé
À propos de la situation

Le 17 juillet 2017, les avocats en droits humains Viviana Beigel et Pablo Salinas Cavalotti ont une nouvelle fois reçu des messages de menaces sur leurs comptes Facebook personnels. Depuis le 24 juin 2017, le couple reçoit des messages contenant des menaces en raison de leur travail pour le droit à la vérité, à la justice et la responsabilité lorsque les droits humains sont bafoués.

À propos Pablo Salinas

Pablo SalinasPablo Salinas Cavalotti est un défenseur des droits humains qui participe aux procès pour crimes contre l'humanité à Mendoza.

19 Juillet 2017
Menaces contre Pablo Salinas Cavalotti

Le 17 juillet 2017, les avocats en droits humains Viviana Beigel et Pablo Salinas Cavalotti ont une nouvelle fois reçu des messages de menaces sur leurs comptes Facebook personnels. Depuis le 24 juin 2017, le couple reçoit des messages contenant des menaces en raison de leur travail pour le droit à la vérité, à la justice et la responsabilité lorsque les droits humains sont bafoués.

Download the Urgent Appeal (PDF)

Viviana Beigel et Pablo Salinas Cavalotti sont avocats en droits humains; ils sont spécialisés dans la défense des victimes des crimes contre l'humanité perpétrés pendant la dictature argentine. Ils font également partie du Movimiento Ecuménico por los Derechos Humanos - MEDH (Mouvement œcuménique pour les droits humains) dans la région de Mendoza, et membres de l'Institut des droits humains à l'université nationale de Cuyo. Ils deux défenseur-ses ont écrit plusieurs livres à propos des exactions et des peines pour les coupables de crimes contre l'humanité en Argentine.

Depuis le 24 juin 2017, les deux défenseur-ses des droits humains reçoivent quotidiennement de multiples menaces sur leurs comptes Facebook Les messages sont liés à leur travail pour la défense des victimes de crime contre l'humanité perpétrés pendant la dictature en Argentine. Les messages contiennent des menaces contre le travail des avocats, et affirment qu'il reste "peu de temps" aux défenseur-ses, et que leur carrière sera détruite par le biais de campagnes de diffamation. La personne a aussi tenté d'appeler Viviana Beigel et Pablo Salinas Cavalotti plusieurs fois principalement tard la nuit ou tôt le matin. Les défenseur-ses des droits humains ont porté plainte auprès des autorités le 26 juin 2017, mais jusqu'à ce jour, ils n'ont reçu aucune réponse concernant l'enquête.

Les défenseur-ses pensent que cette nouvelle vague de menaces et d'actes d'intimidation est due à leur rôle dans l'affaire ouverte contre 28 policiers, militaires, geôliers, partisans de la dictature et quatre anciens juges accusés de crime contre l'humanité perpétrés entre 1976 et 1983. L'affaire sera jugée à Mendoza le 26 juillet 2017, après plus de trois ans d'enquête et de procédures.

Front Line Defenders a déjà parlé des violations dont sont victimes les défenseur-ses des droits humains qui luttent pour le droit à la vérité et à la justice pour les crimes contre l'humanité commis pendant la dictature militaire argentine. Le 13 août 2016, six inconnus sont entrés dans le domicile de l'avocate en droits humains Laura Figueroa à Tucuman et ont détruit ses effets personnels sans emporter d'objets de valeur. Le cambriolage a eu lieu alors que l'avocate assistait à une cérémonie lors de laquelle les restes d'un activiste disparu de force pendant la dictature ont été rendus à sa famille. Le même jour, deux défenseuses des droits humains de Catamarca, témoins dans des affaires de crimes contre l'humanité commis pendant la dictature, ont été intimidées. L'une a reçu plusieurs appels téléphoniques menaçants sur son téléphone portable tandis que l'autre a été suivie par un véhicule inconnu depuis chez elle jusqu'à un lieu où elle a retrouvé des proches de disparus afin de commémorer leur décès. (Les noms des défenseuses n'ont pas été communiqués pour des raisons de sécurité).

Le 3 août 2016, l'avocat en droits humains César Sivo a assisté à une audience du procès de Gustavo Modesto Demarci, accusé de crime contre l'humanité dans une affaire intentée par le défenseur. Gustavo Modesto Demarchi, ancien procureur fédéral qui demeure une personnalité influente dans les affaires locales, a déclaré au tribunal que ceux qui avaient porté ces accusations "auraient des problèmes". Avant cela, en juillet 2016, une personne qui disait être l'avocat de Gustavo Modesto Demarchi, a contacté un ami de César Sivo afin qu'il fasse passer au défenseur le message suivant "il devrait commencer à se faire des soucis".

Entre 1976 et 1983, plusieurs juntes militaires répressives ont dirigé l'Argentine, entrainant la disparition de plus de 30 000 personnes; les étudiants, leaders syndicaux, dissidents politiques et défenseur-ses des droits humains ont été plus particulièrement ciblés. Juin 2005 a connu l'un des moments clés pour la vérité et la justice, lorsque la Cour suprême de justice a décrété que les deux principales lois qui empêchaient les poursuites pour les crimes commis pendant la dictature étaient inconstitutionnelles. Les défenseur-ses des droits humains, ainsi que les associations de survivants et de proches de victimes, ont alors pris la tête du combat pour connaitre la vérité et obtenir justice.

Front Line Defenders est profondément préoccupée par les récentes menaces proférées contre Viviana Beigel et Pablo Salinas Cavalotti, car tout cela semble directement lié à leur travail légitime et pacifique en faveur des droits humains. Front Line Defenders fait également part de ses inquiétudes concernant les menaces et actes de harcèlement contre les défenseur-ses des droits humains qui recherchent la vérité et les responsables des crimes contre l'humanité en Argentine.

Front Line Defenders exhorte les autorités argentines à:

1. Ouvrir immédiatement une enquête approfondie et impartiale sur les menaces et actes d'intimidation contre Viviana Beigel et Pablo Salinas Cavalotti, dans le but de publier les résultats et de traduire les responsables en justice conformément aux normes internationales;

2. Prendre les mesures nécessaires afin de garantir l'intégrité physique et psychologique et la sécurité de Viviana Beigel et Pablo Salinas Cavalotti, ainsi que de leur famille, en accord avec les défenseur-ses;

3. Garantir que tous les défenseur-ses des droits humains en Argentine qui cherchent à connaitre la vérité et à obtenir justice dans des affaires de crime contre l'humanité, puissent mener à bien leurs activités légitimes sans craindre de représailles.