Back to top

Harcèlement judiciaire du défenseur des droits humains et avocat Tony Germain Nkina

Statut: 
Judicial Harassment
À propos de la situation

Le 29 Septembre 2021, la Cour d’Appel de Ngozi a confirmé la condamnation de cinq ans du défenseur des droits humains et avocat Tony Germain Nkina. Le défenseur des droits humains est détenu a la Prison Central de Ngozi. Il a été accusé de “collaboration avec des groupes armés”. Les avocats du défenseur comptent saisir la Cour Suprême pour casser la décision.

À propos de HRD

Tony Nkina est un avocat défenseur des droits humains bien connu dans la province de Kayanza pour son travail avec les personnes détenues et les victimes de violations des droits humains. Il a été le représentant de l’Association pour la Protection des Droits Humains et des Personnes Détenues (APRODH) l'une des organisations des droits humains les plus actives au Burundi jusqu’en 2015. APRODH militait pour la protection des droits humains en général et les droits des personnes détenues en particulier. L’organisation fournissait une assistance juridique et psychologique aux personnes détenues et aux victimes de mauvais traitements. APRODH faisait aussi de la sensibilisation auprès du public pour la prévention de toutes les formes de mauvais traitements envers les personnes et les personnes avant-détention au procès. En 2015, le gouvernement Burundais a suspendu l’organisation dans le cadre d’une répression contre les sociétés civiles indépendantes.

21 Octobre 2021
Harcèlement judiciaire du défenseur des droits humains et avocat Tony Germain Nkina

Le 29 Septembre 2021, la Cour d’Appel de Ngozi a confirmé la condamnation de cinq ans du défenseur des droits humains et avocat Tony Germain Nkina. Le défenseur des droits humains est détenu a la Prison Central de Ngozi. Il a été accusé de “collaboration avec des groupes armés”. Les avocats du défenseur comptent saisir la Cour Suprême pour casser la décision.

Tony Nkina est un avocat défenseur des droits humains bien connu dans la province de Kayanza pour son travail avec les personnes détenues et les victimes de violations des droits humains. Il a été le représentant de l’Association pour la Protection des Droits Humains et des Personnes Détenues (APRODH) l'une des organisations des droits humains les plus actives au Burundi jusqu’en 2015. APRODH militait pour la protection des droits humains en général et les droits des personnes détenues en particulier. L’organisation fournissait une assistance juridique et psychologique aux personnes détenues et aux victimes de mauvais traitements. APRODH faisait aussi de la sensibilisation auprès du public pour la prévention de toutes les formes de mauvais traitements envers les personnes et les personnes avant-détention au procès. En 2015, le gouvernement Burundais a suspendu l’organisation dans le cadre d’une répression contre les sociétés civiles indépendantes.

Le 13 octobre 2020, Tony Nkina a été arrêté sans mandat dans la localité de Kabarore où il rendait visite à un client dans le cadre de son travail en tant qu’avocat. Le défenseur utilisait toujours un véhicule d’APRODH lorsqu’il a été arrêté et le véhicule confisqué. Le 3 août 2015, le directeur d’APRODH Pierre Claver Mbonimpa a été victime d’une tentative d’assassinat. Plusieurs individus en moto ont ouvert feu sur le défenseur alors que ce dernier rentrait du travail. Tony Nkina faisait donc profil bas depuis cette tentative contre son collègue. En février 2021, Tony a reçu une information venant d’une source sure l’avertissant qu’il était sous surveillance par le Service National de Renseignement.

En juin 2021, le tribunal de grande instance de Kayanza a déclaré Tony Germain Nkina coupable de “collaboration avec des groupes armés” – une accusation souvent utilisé contre les individus perçu comme détracteurs au Burundi – et l’a condamné à cinq ans d’emprisonnement. Lors de son interrogatoire, Tony Nkina rapporte avoir été interrogé sur son affiliation à APRODH par le procureur. Le procureur a aussi soulevé cette affiliation durant l'audience et a accusé le défenseur de rencontrer secrètement l’ancien directeur d’APRODH. Le 29 septembre 2021, le client que Tony Nkina conseillait dans le cadre d’un litige foncier, a également été reconnu coupable de complicité dans la même affaire et condamné à deux ans et demi de prison. La Cour d’appel a également confirmé la condamnation et la peine du client.

Front Line Defenders est gravement préoccupée par la condamnation de Tony Germain Nkina, car l'organisation estime que son arrestation, sa détention et les charges retenues contre lui sont des représailles lié à son travail pacifique et légitime en faveur des droits humains.