Back to top

La famille craint pour la vie de Guo Feixiong alors que le défenseur poursuit sa grève de la faim

Statut: 
Inculpé
À propos de la situation

Le 16 juin 2022, le défenseur des droits humains Guo Feixiong a été autorisé à rencontrer son avocat pour la première fois depuis son arrestation le 5 décembre 2021 par la police de Guangzhou. L’accès à un avocat lui était refusé sous prétexte qu’il est accusé de « mise en danger la sécurité nationale ».

Le 12 janvier 2022, le Bureau municipal de sécurité publique de Guangzhou dans la province du Guangdong a envoyé un avis à la famille du défenseur des droits humains et lauréat du Prix Front Line Defender 2015 Guo Feixiong (alias Yang Maodong), l’informant que le défenseur des droits humains a été formellement arrêté pour « incitation à la subversion du pouvoir de l’État » en vertu de l’article 105 (2) du Code pénal chinois. Selon la notification d’arrestation, il est actuellement détenu au centre de détention municipal n° 1 de Guangzhou.

Le 10 janvier 2022, Zhang Qing, la femme du défenseur des droits humains Guo Feixiong, est décédée dans un hôpital du Maryland aux États-Unis.

Le 25 novembre 2021, Zhang Qing, la conjointe du défenseur des droits humains Guo Feixiong, a publié une lettre adressée à Guo Feixiong révélant que des cellules cancéreuses se sont propagées dans tout son corps et que ses médecins lui ont dit qu’il lui ne restait plus qu’un ou deux mois à vivre. Elle a dit qu’elle combattrait le cancer, mais qu’elle avait besoin de lui à ses côtés dès que possible.

Dans la soirée du 28 janvier 2021, la police aux frontières de l'aéroport Pudong à Shanghai a empêché le défenseur des droits humains et écrivain Yang Maodong (杨茂东), mieux connu sous son pseudonyme Guo Feixiong (郭飞雄), d'embarquer à bord d'un vol à destination des États-Unis pour s'occuper de sa femme Zhang Qing qui est gravement malade. Les autorités auraient invoqué le prétexte de "suspicion de mise en danger de la sécurité nationale" pour imposer une interdiction de sortie du territoire.

À propos de Guo Feixiong

Guo FeixiongGuo Feixiong est une personnalité connue du mouvement des droits humains en Chine ; il a remporté le premier prix Front Line Defenders 2015. Il a déjà passé 11 ans en prison à cause de ses activités en faveur des droits humains. Il a été emprisonné pour la première fois de 2006 à 2011 après avoir fourni une assistance juridique et un soutien organisationnel aux habitants du village de Taishi, dans la province du Guangdong, qui cherchaient à destituer leur chef de village qu'ils accusaient de corruption, et après la publication d'un livre exposant un scandale politique dans la province du Liaoning au nord-est.

11 Août 2022
Guo Feixiong inculpé pour « incitation à la subversion »

Le 8 juillet 2022, le procureur municipal de Guangzhou a décidé d’inculper et de poursuivre le défenseur des droits humains Yang Maodong, connu sous son pseudonyme Guo Feixiong, pour « incitation à la subversion du pouvoir de l’État ». L’affaire a maintenant été transférée devant la Cour intermédiaire municipale de Guangzhou, qui peut décider d’accepter l’acte d’accusation et de préparer un procès ou de renvoyer l’affaire au procureur pour enquête supplémentaire.

Le 5 août 2022, les deux avocats du défenseur ont pu lui parler via un appel vidéo. Le défenseur est accusé d’incitation à la subversion pour avoir rédigé des articles publiés en ligne, pour avoir créé un site Web axé sur la démocratie constitutionnelle sur lequel ses propres écrits et ceux d’autres personnes en faveur de la démocratie ont été postés, et pour avoir donné une interview à Radio Free Asia, basée aux États-Unis, le 27 janvier 2021, lorsqu’il n’a pas été autorisé à prendre l’avion pour les États-Unis pour voir sa femme mourante.

Selon la famille du défenseur, les procureurs considèrent les infractions de Guo Feixiong comme des « crimes majeurs » en vertu de l’article 105 du Code pénal. S’il est reconnu coupable, le défenseur risque au moins cinq ans de prison. Dans une lettre adressée au gouvernement chinois en avril 2021, des experts des droits de l’Homme des Nations Unies ont critiqué le caractère vague de l’expression « crimes majeurs » contenue à l’article 105, qui permet au pouvoir judiciaire de prononcer des peines longues et sévères.

11 Juillet 2022
La famille craint pour la vie de Guo Feixiong alors que le défenseur poursuit sa grève de la faim

Le 6 juillet 2022, le défenseur des droits humains Yang Maodong, connu sous le pseudonyme Guo Feixiong, a parlé à son avocat par vidéoconférence dans la ville de Guangzhou, province du Guangdong. Le défenseur est en grève de la faim depuis décembre 2021. Il a perdu énormément de poids et ne pèse désormais plus que 50 kg. Sa famille craint que s’il continue à perdre du poids au rythme actuel, sa vie soit menacée d’ici deux à trois mois.

18 Juin 2022
Guo Feixiong autorisé pour la première fois à rencontrer un avocat

Le 16 juin 2022, le défenseur des droits humains Guo Feixiong a été autorisé à rencontrer son avocat pour la première fois depuis son arrestation le 5 décembre 2021 par la police de Guangzhou. L’accès à un avocat lui était refusé sous prétexte qu’il est accusé de « mise en danger la sécurité nationale ».

Le défenseur a déclaré à son avocat que depuis juillet 2021, les autorités locales l’ont poussé à admettre ses actes répréhensibles et à avouer des « crimes ». Lorsqu’il a refusé, les autorités ont utilisé ce refus pour l’empêcher de se rendre à l’étranger pour s’occuper de sa femme gravement malade, qui est finalement décédée aux États-Unis en janvier 2022.

Il a entamé une grève de la faim depuis son arrestation pour transmettre trois demandes aux autorités. Premièrement, il veut que les autorités mettent en place une Commission d’enquête spéciale pour faire la lumière sur les faits entourant l’interdiction de voyager décrétée par le Bureau municipal de sécurité publique de Guangzhou et le Département provincial de sécurité publique de Guangdong, et pour demander des comptes pour cette atteinte à ces droits.

Deuxièmement, il demande au Congrès national populaire d’entreprendre un examen de la constitutionnalité des dispositions juridiques qui habilitent les autorités à restreindre ou à nier le droit de contacter un avocat dans les affaires de « sécurité nationale » et d’invalider ces dispositions.

Troisièmement, il demande au gouvernement chinois d’entreprendre et de mettre en œuvre de véritables réformes pour protéger les droits humains et les libertés fondamentales.

20 Janvier 2022
Le défenseur des droits humains Guo Feixiong officiellement arrêté pour « incitation à la subversion du pouvoir de l’État »

Le 12 janvier 2022, le Bureau municipal de sécurité publique de Guangzhou dans la province du Guangdong a envoyé un avis à la famille du défenseur des droits humains et lauréat du Prix Front Line Defender 2015 Guo Feixiong (alias Yang Maodong), l’informant que le défenseur des droits humains a été formellement arrêté pour « incitation à la subversion du pouvoir de l’État » en vertu de l’article 105 (2) du Code pénal chinois. Selon la notification d’arrestation, il est actuellement détenu au centre de détention municipal n° 1 de Guangzhou.

Guo Feixiong est un défenseur des droits humains bien connu en Chine, qui a déjà passé 11 ans en détention en raison de son travail en faveur des droits humains. Le défenseur était porté disparu depuis le 5 décembre 2021, après avoir envoyé un SMS à des amis proches disant qu’il était en garde à vue. La police de Guangzhou a officialisé cette arrestation moins de deux jours après le décès de la femme du défenseur, Zhang Qing, le 10 janvier 2022, au Maryland, aux États-Unis. En janvier 2021, les autorités ont interdit à Guo Feixiong de quitter le territoire et lui ont interdit de monter à bord d’un vol à l’aéroport de Shanghai à destination des États-Unis pour prendre soin de sa femme Zhang Qing. On ignore si le défenseur a été informé de la mort de sa femme pendant sa garde à vue.

En vertu du paragraphe 105 (2) du Code pénal chinois, ceux qui incitent « d’autres personnes en répandant des rumeurs ou des calomnies ou tout autre moyen à renverser le pouvoir de l’État ou le système socialiste » sont passibles d’« au plus cinq ans d’emprisonnement, de détention criminelle, de surveillance publique ou de privation de droits politiques ».

En avril 2021, les experts des droits de l’Homme des Nations Unies ont écrit conjointement au gouvernement chinois pour réitérer leur « vive inquiétude quant à l’utilisation continue des dispositions du Code pénal relatives à la sécurité nationale pour restreindre les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique. » Ils se sont particulièrement inquiétés des termes mal définis de l’article 105, de la durée de l’emprisonnement qui y est stipulé ainsi que d’autres dispositions relatives à la sécurité nationale incluses dans le droit pénal chinois. Dans un rapport publié conjointement en décembre 2021, Front Line Defenders et des organisations partenaires ont attiré l’attention sur le recours fréquent par le gouvernement chinois à l’interdiction de voyager pour punir les défenseur-ses des droits humains et leurs familles.

Front Line Defenders condamne le refus inhumain et illégal du gouvernement chinois de respecter le droit de Guo Feixiong à la liberté de circulation depuis plus de 12 mois, le privant ainsi de la possibilité de voir sa femme mourante. Son arrestation officielle s’ajoute aux violations répétées dont il a été victime au cours des 16 dernières années, dont deux peines de prison de 11 ans au total. Front Line Defenders exhorte les autorités chinoises compétentes à libérer immédiatement Guo Feixiong, à abandonner les accusations portées contre lui, et à faciliter son voyage en toute sécurité aux États-Unis le plus tôt possible afin de prendre part aux affaires de sa défunte épouse et de réconforter ses deux enfants en deuil.

11 Janvier 2022
Le défenseur des droits humains Guo Feixiong toujours détenu au secret, tandis que sa femme Zhang Qing décède

Le 10 janvier 2022, Zhang Qing, la femme du défenseur des droits humains Guo Feixiong, est décédée dans un hôpital du Maryland aux États-Unis. On est sans nouvelles de Guo Feixiong depuis le 5 décembre 2021 date à laquelle il a envoyé un message à ses amis proches déclarant qu’il était sous la garde de la police.

2 Décembre 2021
La femme du défenseur des droits humains Guo Feixiong en phase terminale

Le 25 novembre 2021, Zhang Qing, la conjointe du défenseur des droits humains Guo Feixiong, a publié une lettre adressée à Guo Feixiong révélant que des cellules cancéreuses se sont propagées dans tout son corps et que ses médecins lui ont dit qu’il lui ne restait plus qu’un ou deux mois à vivre. Elle a dit qu’elle combattrait le cancer, mais qu’elle avait besoin de lui à ses côtés dès que possible.

Guo Feixiong est un défenseur des droits humains bien connu en Chine, qui a déjà passé 11 ans en détention en raison de son travail en faveur des droits humains. Le 28 janvier 2021, il a été arrêté à l’aéroport de Shanghai Pudong et a été empêché d’embarquer à bord d’un vol à destination des États-Unis au motif que son départ « menacerait la sécurité nationale ». Le 29 novembre 2021, Guo Feixiong a publié une déclaration en ligne indiquant que la police municipale de Guangzhou et la police provinciale de Guandong avaient terminé l’examen de sa demande d’autorisation de quitter la Chine plus tôt en novembre, mais que la police provinciale avait ensuite renvoyé l’affaire devant le ministère national de la Sécurité publique pour approbation. Selon la déclaration du défenseur, le ministère national n’a pas encore pris de décision.

En raison du harcèlement persistant et des menaces contre le défenseur et sa famille, Zhang Qing, leur fils et leur fille ont fui la Chine et se sont installés aux États-Unis en 2009. Le 11 septembre 2015, Zhang Qing et leur fille Yang Tianjiao sont venus à Dublin pour recevoir le Prix Front Line Defenders au nom de Guo Feixiong, détenu en Chine à l’époque.

En juin 2021, M. Xi Jinping, secrétaire général du Parti communiste chinois et président de l’État, a déclaré aux hauts dirigeants du parti qu’ils « aideraient les auditoires étrangers à comprendre que le Parti cherche à assurer le bien être du peuple chinois » et a donné l’ordre aux fonctionnaires de cultiver « une image digne de confiance, admirable et respectable de la Chine. » Emprisonner des défenseur-ses des droits humains pour leur travail légitime et pacifique et les empêcher de quitter le pays pour prendre soin des membres de leur famille malades viole directement les directives du Président.

Front Line Defenders réitère son appel urgent aux autorités chinoises compétentes pour qu’elles lèvent immédiatement les restrictions imposées à la liberté de mouvement de Guo Feixiong et qu’elles facilitent son voyage aux États-Unis sans plus tarder. En attendant son départ pour les États-Unis, les autorités devraient assurer son intégrité physique et psychologique et respecter pleinement ses droits fondamentaux, y compris son droit de communiquer librement sans coercition ni censure.

29 Janvier 2021
Le défenseur des droits humains Guo Feixiong interdit de quitter le pays pour aller voir sa femme souffrante

Dans la soirée du 28 janvier 2021, la police aux frontières de l'aéroport Pudong à Shanghai a empêché le défenseur des droits humains et écrivain Yang Maodong (杨茂东), mieux connu sous son pseudonyme Guo Feixiong (郭飞雄), d'embarquer à bord d'un vol à destination des États-Unis pour s'occuper de sa femme Zhang Qing qui est gravement malade. Les autorités auraient invoqué le prétexte de "suspicion de mise en danger de la sécurité nationale" pour imposer une interdiction de sortie du territoire.

Download the Urgent Appeal

Guo Feixiong est une personnalité connue du mouvement des droits humains en Chine ; il a remporté le premier Prix Front Line Defenders 2015. Il a déjà passé 11 ans en prison à cause de ses activités en faveur des droits humains. Il a été emprisonné pour la première fois de 2006 à 2011 après avoir fourni une assistance juridique et un soutien organisationnel aux habitants du village de Taishi, dans la province du Guangdong, qui cherchaient à destituer leur chef de village qu'ils accusaient de corruption, et après la publication d'un livre exposant un scandale politique dans la province du Liaoning au nord-est.

Son deuxième emprisonnement, de 2013 à 2019, est survenu après qu'il a participé à une manifestation pacifique à Guangzhou contre la censure d'un journal local qui contestait la censure du gouvernement. Pendant sa détention, il a été victime de torture et de traitements dégradants. Après sa libération en août 2019, il a continué à rédiger des articles et des commentaires sur des questions relatives aux droits humains, à la gouvernance démocratique et aux réformes constitutionnelles en Chine et dans d'autres pays.

Début janvier 2021, l'épouse du défenseur des droits humains Zhang Qing a subi une intervention chirurgicale majeure aux États-Unis pour un cancer du côlon métastasé au foie et devrait commencer une chimiothérapie durant les six prochains mois. Le 27 janvier 2021, Guo Feixiong a publié une déclaration indiquant que, le 26 janvier 2021, deux agents du bureau de la sécurité publique de la ville de Guangzhou lui ont rendu visite et l'ont informé que, bien que des représentants de la police provinciale et municipale aient accepté son départ, le ministère de la Sécurité publique s'y est opposé et a ordonné aux autorités locales de le bloquer à l'aéroport, à moins qu'il ne se rende dans un "endroit spécial" dans la province du Hubei, à environ 1000 kilomètres au nord du Guangdong, pour rencontrer des fonctionnaires inconnus du ministère afin de "parvenir à un accord". Guo Feixiong a refusé car il souhaite se rendre immédiatement aux États-Unis en raison de l'état de santé critique de sa femme. Il a indiqué dans sa déclaration qu'il entamerait immédiatement une grève de la faim d'une durée illimitée si les autorités l'empêchaient de se rendre aux États-Unis.

Le 27 janvier 2021, Guo Feixiong a tout de même acheté des billets pour des vols à destination des États-Unis qui devaient partir le lendemain. Le 28 janvier 2021, il a pu voler de Guangzhou à Shanghai, mais il a été arrêté au comptoir d'immigration de l'aéroport Pudong à Shanghai, où son vol de correspondance vers les États-Unis devait partir ce soir-là. Ses amis ont eu de ses nouvelles pour la dernière fois vers 22 heures, heure locale, le 28 janvier 2021. Les appels sur son téléphone portable restent sans réponse. On ignore où il se trouve actuellement et comment il va.

Le gouvernement chinois a l'habitude d'empêcher les défenseur-ses des droits humains qui sont à l'étranger de rentrer en Chine ou de refuser aux défenseur-ses détenus le droit de rendre visite aux membres de leur famille mourants ou gravement malades ou d'assister à leurs funérailles. Front Line Defenders condamne fermement l'interdiction arbitraire de quitter le territoire imposée à Guo Feixiong et estime qu'il s'agit de représailles contre son travail légitime et pacifique en faveur des droits humains.