Back to top

Détention du défenseur des droits humains anti-esclavagiste Biram Dah Abeid

Statut: 
Détention
À propos de la situation

On Monday, 8 October 2018, 12 members of IRA-Mauritania were attacked by police during a peaceful sit-in for the release of anti-slavery human rights defender Biram Dah Abeid in front of the Mauritanian National Assembly. All 12 members, including Biram Dah Abeid’s wife, were taken to the National Hospital; three of the members of IRA-Mauritania suffered broken bones from the violent attack.

Le 13 août 2018, Biram Dah Abeid a été accusé "d’insutation à la violence et menace portée sur la vie des personnes " par le palais de justice de Wilayade à Nouakchott-Sud, en Mauritanie. Il est toujours arbitrairement détenu.

À propos de Biram Dah Abeid

Biram Dah AbeidBiram Dah Abeid est le président de l'Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste - IRA, une organisation qui lutte pour l'éradication de l'esclavage en Mauritanie. Il est également à la tête du parti Sawab et candidat aux élections législatives de Septembre 2018.

10 Octobre 2018
Des membres d'IRA-Mauritanie agressés lors d'un sit-in pacifique en faveur de Biram Dah Abeid

Lundi 8 octobre 2018, douze membres de l'IRA-Mauritanie ont été agressés par la police lors d'un sit-in pacifique en faveur de Biram Dah Abeid, devant l'Assemblée nationale mauritanienne. Les douze membres, dont la femme de Biram Dah Abeid qui participait à la manifestation, ont été conduits à l'hôpital national, car trois d'entre eux ont été violemment agressés et souffrent de fractures.

Biram Dah Abeid est arbitrairement détenu depuis le 7 août 2018 à Nouakchott. Il a été arrêté le jour où la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a publié les titres de validation des candidatures pour les prochaines élections. Le 13 août 2018, Biram Dah Abeid a été accusé "d'incitation à la violence et menaces portées sur la vie des personnes" par le tribunal de Wilayade à Nouakchott-Sud.

Le sit-in appelait à la libération de Biram Dah Abeid et coïncidait avec la première session de l'Assemblée nationale mauritanienne. Les membres d'IRA-Mauritanie avaient organisé la manifestation pour attirer l'attention sur le maintien en détention de Biram Dah Abeid et pour faire pression sur le gouvernement afin qu'il le libère. Après une marche non violente vers l'Assemblée nationale, les membres de l'organisation ont organisé un sit-in pacifique devant le bâtiment.

À leur arrivée à l'Assemblée nationale, des unités de la police se sont rapidement approchées des membres d'IRA-Mauritanie en brandissant des armes afin de les disperser. Selon des défenseurs locaux des droits de l'homme, la police était lourdement armée et n'a pas cherché à disperser le sit-in de façon pacifique avant d'employer la violence. Les participants ont été frappés à la tête, au torse, aux membres et la police a utilisé une substance semblable à du gaz pour disperser la foule.

Front Line Defenders est profondément préoccupée par le maintien en détention de Biram Dah Abeid ainsi que par la violente répression des défenseur-ses des droits humains qui exercent leur droit de manifester pacifiquement pour appeler à sa libération.

15 Août 2018
Détention du défenseur des droits humains anti-esclavagiste Biram Dah Abeid

Le 13 août 2018, Biram Dah Abeid a été accusé "d’insutation à la violence et menace portée sur la vie des personnes " par le palais de justice de Wilayade à Nouakchott-Sud, en Mauritanie. Il est toujours arbitrairement détenu.

Biram Dah Abeid est le président de l'Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste - IRA, une organisation qui lutte pour l'éradication de l'esclavage en Mauritanie. Il est également à la tête du parti Sawab et candidat aux élections législatives de Septembre 2018.

Le matin du 7 Août 2018, la police a perquisitionné la maison de Biram Dah Abeid et lui a ordonné de les suivre au poste de police. Biram Dah Abeid a pu envoyer un message Whatsapp pour alerter ses collègues de son arrestation. Le défenseur a indiqué que quand il a demandé les raisons de son arrestation, les policiers lui ont répondu que ”l’ordre venait d'en haut". Son arrestation coïncide avec le jour où la Commission électorale nationale indépendante - CENI a délivré les actes de validation des candidatures aux prochaines élections.

L'Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste - IRA, a déclaré que Biram Dah Abeid est poursuivi suite à une plainte déposée par un journaliste qu'il aurait diffamé.

Front Line Defenders fait part de ses vives préoccupations concernant l’arrestation arbitraire de Biram Dah Abeid et condamne fermement les accusations portées contre lui.