Back to top

Mandeep Singh placé en détention après une perquisition de ses bureaux

Statut: 
Détenu
À propos de la situation

Le 18 novembre 2016, les défenseur-ses des droits humains Mme Maria Chin Abdullah et M. Mandeep Singh ont été arrêtés à Petaling Jaya après une perquisition de leurs bureaux. Le 20 novembre 2016, Mandeep Singh a été libéré sous caution alors que Maria Chin Abdullah a été maintenue en détention en vertu de la loi sur les infractions à la sécurité (mesures spéciales).

Le 17 octobre 2016, les défenseur-ses des droits humains Mme Maria Chin Abdullah, M. Mandeep Singh et Mme Ambiga Sreenevasan ont été menacés de mort, vraisemblablement par des membres de l'État Islamique en Malaisie, dans la ville de Petaling Jaya.

À propos de Mandeep Singh

Mandeep SinghMandeep Singh est secrétaire secrétaire de Bersih 2.0, une coalition d'ONG qui plaide en faveur de réformes du système électoral en Malaisie, afin de garantir des élections libres et équitables. Fondée en 2006, la coalition a organisé trois rassemblements pour appeler à un processus électoral transparent et sensibiliser le public à la question des irrégularités au sein du système électoral.

 

22 Novembre 2016
Mandeep Singh placé en détention après une perquisition de ses bureaux

Le 18 novembre 2016, les défenseur-ses des droits humains Mme Maria Chin Abdullah et M. Mandeep Singh ont été arrêtés à Petaling Jaya après une perquisition de leurs bureaux. Le 20 novembre 2016, Mandeep Singh a été libéré sous caution alors que Maria Chin Abdullah a été maintenue en détention en vertu de la loi sur les infractions à la sécurité (mesures spéciales).

Le 18 novembre 2016 vers 17h, des policiers ont arrêté Maria Chin Abdullah et Mandeep Singh sans mandat et les ont conduits au poste de police du district Petaling Jaya. Maria Chin Abdullah a ensuite été conduite dans un lieu qui n'a pas été révélé. Les défenseur-ses des droits humains ont été placés en détention après un raid des bureaux de Bersih 2.0 par 10 policiers et quatre officiers de la commission malaisienne des communications et multimédias (MCMC). Aucun mandat n'a été présenté pendant la perquisition. La police a saisi 10 ordinateurs portables, deux boites de documents relatifs aux comptes bancaires de Bersih, des cartes d'identité, le registre du personnel et le téléphone portable de Maria Chin Abdullah et Mandeep Singh. Les officiers ont indiqué que Bersih 2.0 faisait l'objet d'une enquête en vertu de la section 124(c) du Code pénal pour des activités qui "nuisent à la démocratie parlementaire". Si les accusations sont confirmées, ils risquent jusqu'à 15 ans de prison.

Le 20 novembre 2016, Maria Chin Abdullah a été conduite au poste de Dang Wangi à Kuala Lumpur afin de rencontrer son avocat et sa famille. Maria Chin Abdullah a dit à son avocat qu'elle est placée à l'isolement dans une cellule d'environ 4,50m sur 2,40m, sans fenêtre ni lit, et que la lumière est allumée 24h/24. Selon son avocat, Maria Chin Abdullah est détenue en vertu de la loi sur les infractions de sécurité (mesures spéciales) ou SOSMA. Selon la SOSMA, les autorités peuvent détenir un suspect pendant 28 jours sans charges. Bersih 2.0 prépare une demande d'habeas corpus pour remettre en question la légalité de la détention de Maria Chin Abdullah et la demande de SOSMA. Mandeep Singh a été libéré sous caution le jour même.

Il y a quelques semaines, le 17 octobre 2016, Maria Chin Abdullah a reçu des menaces de mort vraisemblablement proférées par l'État islamique malaisien, qui menaçaient de la tuer elle, ses trois fils, Mandeep Singh et Ambiga Sreenevasan, si les défenseur-ses continuaient leur travail. Les menaces faisaient aussi spécifiquement référence au rassemblement Bersih 5 organisé par la défenseuse le 19 novembre 2016, pour appeler à des réformes gouvernementales et à la transparence.

Front Line Defenders condamne la détention arbitraire de Maria Chin Abdullah et Mandeep Singh et exhorte le gouvernement malaisien à libérer immédiatement et sans condition Maria Chin Abdullah, car il semble qu'elle est détenue uniquement à cause de son travail légitime et pacifique en faveur des droits humains. Front Line Defenders exhorte les autorités de Malaisie à abandonner l'enquête ouverte contre Bersih 2.0 et à rendre le matériel et les documents saisis pendant la perquisition, car ils ne sont manifestement pas liés à quelconque activité criminelle.

18 Octobre 2016
Menaces de mort contre Mandeep Singh

Le 17 octobre 2016, les défenseur-ses des droits humains Mme Maria Chin Abdullah, M. Mandeep Singh et Mme Ambiga Sreenevasan ont été menacés de mort, vraisemblablement par des membres de l'État Islamique en Malaisie, dans la ville de Petaling Jaya.

Download the Urgent Appeal (PDF)

Le 17 octobre 2016 à 21h47, Maria Chin Abdullah a reçu un message très violent et explicite sur Whatsapp, qui menaçait de la tuer elle, ses trois fils, Mandeep Singh et Ambiga Sreenevasan, si les défenseurs continuaient leur travail. La menace faisait également référence au rassemblement Bersih 5, que les défenseurs organisent le 19 novembre 2016. Le message dit: "écoutez attentivement. je ne vais pas répéter. c'est la dernière fois que je vous préviens. ne continuez pas avec votre intention stupide d'organiser le rassemblement bersih".  L'auteur du message menace directement la défenseuse et sa famille en disant "je n'hésiterai pas à vous donner des coups jusqu'à vous mettre en pièces et je vais vous massacrer [...] ambiga pandikutty et [...] mandeep. [...] je sais qui vous êtes, je sais où vous êtes, et je sais aussi qui sont votre famille et vos enfants... je vais lutter jusqu'à la fin contre votre travail stupide. rappelez-vous en!!! plus d'avertissement!!! c'est un avertissement de l'état islamique malaisie..."

Maria Chin Abdullah a aussi reçu des photos d'un bourreau avec une lame qui semblait prêt à égorger la défenseuse. Elle a reçu une autre photo d'un homme vêtu de noir pointant un poignard vers des photos d'Ambiga Sreenevasan et Maria Chin Abdullah, et avec un tee-shirt de Bersih 5 jaune superposé. Maria Chin Abdullah a déclaré que ses trois fils avaient également reçu des photos menaçantes qu'elle n'a pas souhaité rendre publiques. Maria Chin Abdullah a porté plainte au siège de la police de Petaling Jaya.

Front Line Defenders condamne les menaces de mort proférées contre Maria Chin Abdullah, Mandeep Singh et Ambiga Sreenevasan, car il semble que ces actes soient motivés par leurs activités pacifiques et légitimes en faveur des droits humains en Malaisie. 

Front Line Defenders exhorte les autorités de Malaisie à:

1. Ouvrir immédiatement une enquête approfondie et impartiale sur les menaces de mort proférées contre Maria Chin Abdullah, Mandeep Singh et Ambiga Sreenevasan, dans le but de publier les résultats et de traduire les responsables en justice conformément aux normes internationales;

2. Prendre les mesures nécessaires, en accord avec la défenseuse, afin de garantir l'intégrité physique et psychologique et la sécurité de Maria Chin Abdullah, Mandeep Singh et Ambiga Sreenevasan et leurs familles;

3. Garantir qu’en toutes circonstances, tous-tes les défenseur-ses des droits humains en Malaisie puissent mener à bien leurs actions légitimes en faveur des droits humains, sans craindre ni restrictions ni représailles.