Back to top

Maintien en détention du défenseur des droits humains et leader d'un mouvement de jeunes Foly Satchivi

Statut: 
Condamné
À propos de la situation

Le procès en appel de Foly SATCHIVI a eu lieu le 11 juillet 2019 Lomé au Togo, le procès a été renvoyé au 22 août 2019 par le juge sur demande du parquet qui souhaite plus de temps pour conduire l’enquête, le 22 août 2019 marquera une année depuis le début de sa détention.

Le 16 janvier 2019, Foly Satchivi a été condamné à trois ans de prison, dont un an avec sursis, par un tribunal de première instance de Lomé, pour "rébellion", "apologie et incitation à commettre un crime" et "trouble grave de l'ordre public", pour une conférence de presse qu'il a organisée en août 2018.

Le 10 janvier 2019, Foly Satchivi a comparu devant la cour pour trois charges: (1) rébellion, (2) apologie et incitation à commettre un crime et à mal se comporter, (3) trouble grave de l'ordre public. Le procureur de l'affaire a requis 4 ans de prison. le juge doit rendre son verdict le 16 janvier.

La demande de libération sous caution déposées par Foly Satchiv a été rejetée le 30 août 2018 par le tribunal de première instance de Lomé.

Le 23 août 2018, Foly Satchivi a comparu devant le tribunal de première instance de Lomé, il est accusé de "rébellion", "provocation et apologie de crimes et délits", "troubles aggravés de l’ordre public", relativement à une conférence de presse qu'il a organisée.

About Foly Satchivi

Foly Satchivi Foly Satchivi est le leader et porte parole d'En Aucun Cas, un mouvement de défense des droits humains qui œuvre à la sensibilisation des citoyens togolais aux questions relatives aux droits humains au Togo, notamment dans les zones rurales, et pour parvenir à une transformation socio-politique pacifique dans le pays par le biais de manifestations pacifiques.

12 Juillet 2019
Audience de Foly Satchivi réportée

Le procès en appel de Foly SATCHIVI a eu lieu le 11 juillet 2019 Lomé au Togo, le procès a été renvoyé au 22 août 2019 par le juge sur demande du parquet qui souhaite plus de temps pour conduire l’enquête, le 22 août 2019 marquera une année depuis le début de sa détention.

18 Janvier 2019
Foly Satchivi condamné à trois ans de prison

Le 16 janvier 2019, Foly Satchivi a été condamné à trois ans de prison, dont un an avec sursis, par un tribunal de première instance de Lomé, pour "rébellion", "apologie et incitation à commettre un crime" et "trouble grave de l'ordre public", pour une conférence de presse qu'il a organisée en août 2018.

Foly Satchivi est leader et porte-parole d'En Aucun Cas, un mouvement de défense des droits humains qui œuvre pour sensibiliser le public à la question des droits humains au Togo, en particulier dans les zones rurales, mais aussi pour parvenir à une transformation socio-politique dans le pays, par le biais de différents moyens, tels que les manifestations pacifiques.

Lors de sa première audience le 10 janvier 2019, le procureur a requis une peine de quatre ans de prison ; cependant selon l'avocat de Foly Satchivi, l'accusation n'a présenté aucune preuve à charge.

Le 14 janvier 2019, Foly Satchivi a entamé une grève de la faim pour protester contre son emprisonnement et pour réclamer sa libération. La santé du défenseur se détériore depuis qu'il a été arrêté et emprisonné le 22 août 2018 ; toutefois, malgré son état, Foly Satchivi s'est vu refuser des soins médicaux, notamment pour un ulcère chronique qui nécessite un traitement.

Front Line Defenders est préoccupée par la condamnation prononcée contre Foly Satchivi, car il semble que ce verdict soit motivé par le fait qu'il exerce pacifiquement son droit à la liberté d'expression et d'association, et car il défend les droits humains au Togo.

14 Novembre 2018
Foly Satchivi entame une grève de la faim

Mise à jour : Le 10 janvier 2019, Foly Satchivi a comparu devant la cour pour trois charges: (1) rébellion, (2) apologie et incitation à commettre un crime et à mal se comporter, (3) trouble grave de l'ordre public. Le procureur de l'affaire a requis 4 ans de prison. le juge doit rendre son verdict le 16 janvier.

Mise à jour: Foly Satchivi a decidé de continuer sa grève de la faim jusqu'au moment ou tous les défenseur.e.s des droits humains sont libérés de prison. Une manifestation de solidarité est prevue pour le 17 novembre à Lomé, Togo.

Le 12 novembre 2018, Foly Satchivi a entamé une grève de la faim de 72h pour protester contre son maintien en détention et contre la détention de trois collègues.

Foly Satchivi est leader et porte-parole d'En Aucun Cas, un mouvement de défense des droits humains qui œuvre pour sensibiliser le public à la question des droits humains au Togo, en particulier dans les zones rurales, et pour parvenir à une transformation socio-politique pacifique dans le pays, par le biais de manifestations pacifiques par exemple.

Le défenseur constate que sa santé se détériore en prison ; actuellement il a de la fièvre et souffre de problèmes respiratoires. En dépit de son état que se détériore, Foly Satchivi n'est pas autorisé à être soigné, y compris pour un ulcère chronique qui nécessite un traitement.

Il est détenu depuis le 22 août 2018. Il a été arrêté avant une conférence de presse dans les bureaux d'une organisation à but non lucratif à Lomé. Le 30 août, Foly Satchivi n'a pas été libéré sous caution; son avocat a plusieurs fois demandé sa libération mais aucune de ses requêtes n'a abouti. Aucune date de procès n'a été fixée pour les trois accusations dont il fait l'objet: "rébellion", "apologie et incitation à commettre un crime ou un délit" et "trouble grave de l'ordre public".

Front Line Defenders est vivement préoccupée par la dégradation de la santé de Foly Satchivi, et appelle les autorités togolaises à immédiatement permettre au défenseur de recevoir des soins médicaux. En outre, Front Line Defenders appelle les autorités à libérer immédiatement et sans condition Foly Satchivi, car il semble qu'il soit pris pour cible uniquement à cause de son travail légitime et pacifique en faveur des droits humains au Togo.

30 Août 2018
Maintien en détention du défenseur des droits humains et leader d'un mouvement de jeunes Foly Satchivi

Mise à jour: La demande de libération sous caution déposées par Foly Satchiv a été rejetée le 30 août 2018 par le tribunal de première instance de Lomé.

Le 23 août 2018, Foly Satchivi a comparu devant le tribunal de première instance de Lomé, il est accusé de "rébellion", "provocation et apologie de crimes et délits", "troubles aggravés de l’ordre public", relativement à une conférence de presse qu'il a organisée.

Foly Satchivi est le leader et porte parole d'En Aucun Cas, un mouvement de défense des droits humains qui œuvre à la sensibilisation des citoyens togolais aux questions relatives aux droits humains au Togo, notamment dans les zones rurales, et pour parvenir à une transformation socio-politique pacifique dans le pays par le biais de manifestations pacifiques.

Le 22 Août 2018, Foly Satchivi a été arrêté par des gendarmes, dans les locaux d'une organisation à but non lucratif à Bè-Gakpoto, à Lomé, avant le début d'une conférence de presse qu'il avait organisée pour parler de la tension continue et de la détérioration du climat socio-politique au Togo. Il a été conduit de force dans la prison civile de Lomé, au motif que le mouvement de jeunes n'avait pas l'autorisation officielle d'organiser cette conférence de presse. Le 27 août, Foly Satchivi a fait une demande de libération sous caution. La demande est toujours en suspens.

Front Line Defenders fait part de ses vives préoccupations concernant l’arrestation et le maintien en détention de Foly Satchivi et condamne fermement les accusations portées contre lui, car cela semble uniquement lié à son travail légitime et pacifique en faveur des droits humains.

Front Line Defenders exhorte les autorités du Togo à:

1. Abandonner immédiatement toutes les charges portées contre Foly Satchivi et le libérer immédiatement, car il semble qu'il soit détenu uniquement à cause de son travail légitime et pacifique en faveur des droits humains ;

2. Assurer que le traitement de Foly Satchivi pendant sa détention soit conforme à toutes les conditions établies dans les «Principes fondamentaux relatifs à la protection de toute personne contre toute forme de détention ou emprisonnement» adoptés par l'Assemblée Générale de l'ONU dans sa résolution 43/173 du 9 décembre 1988 ;

3. Cesser immédiatement de cibler tous-tes les défenseur-ses des droits humains au Togo et garantir qu'en toutes circonstances ils-elles puissent mener à bien leurs activités légitimes en faveur des droits humains, sans craindre ni restrictions ni représailles, y compris le harcèlement judiciaire.