Back to top

Antécédents de l'affaire: Hossameldin Ali

Statut: 
Libération ordonnée
À propos de la situation

Le 7 juin 2018, le juge d'instruction de l'affaire 173 (appelée affaire du financement étranger des ONG) a ordonné la libération sous caution de Hossameldin Ali, pour un montant de 20000 livres égyptiennes.

Le 27 février 2016, les autorités égyptiennes ont empêché le défenseur des droits humains M. Hossameldin Ali d'embarquer à bord d'un vol pour les États-Unis, et l'ont informé qu'il est sous le coup d'une interdiction de voyager.

À propos d'Hossameldin Ali

Hossameldin Ali Hossameldin Ali est défenseur des droits humains et président de l'Egyptian Democratic Academy, une organisation à but non lucratif créée par un groupe de militants qui œuvrent pour la démocratie, les droits humains et la participation politique en Égypte.

1 Mars 2016
Le défenseur des droits Hossameldin Ali sous le coup d'une interdiction de voyager

Mise à jour: Le 7 juin 2018, le juge d'instruction de l'affaire 173 (appelée affaire du financement étranger des ONG) a ordonné la libération sous caution de Hossameldin Ali, pour un montant de 20000 livres égyptiennes.

Le 27 février 2016, les autorités égyptiennes ont empêché le défenseur des droits humains M. Hossameldin Ali d'embarquer à bord d'un vol pour les États-Unis, et l'ont informé qu'il est sous le coup d'une interdiction de voyager.

Le défenseur a été informé qu'il est placé sous le coup d'une interdiction de voyager à son arrivée à l'aéroport international du Caire. Il devait se rendre à une conférence internationale sur la lutte contre la corruption grâce à la loi, organisée par le Département d'État américain. Après avoir été informé qu'il ne serait pas autorisé à voyager, il a été interrogé par téléphone par un officier de la sécurité nationale pendant trois heures. Pendant l'interrogatoire, Hossameldin Ali a été interrogé à propos de l'Egyptian Democratic Academy et des financements étrangers, des activités de l'organisation, de son rôle au sein du conseil d'administration, des détails et des raisons de son voyage aux États-Unis, ainsi que sur les personnes qu'il devait rencontrer pendant son voyage.

Hossameldin Ali a déjà été interdit de voyager en décembre 2014, dans le cadre d'une enquête judiciaire lancée en 2011 sur des fonds étrangers reçus par les organisations de défense des droits humains en Égypte. Ce refus de permettre à Hossameldin Ali de voyager est le dernier exemple d'une série d'interdictions de voyager ciblant les défenseur-ses des droits humains en Égypte, notamment Mme Esraa Abdel Fattah, et messieurs Ahmed Ghonim et Bassem Samir, tout deux membres de l'Egyptian Democratic Academy.