Posted 2011/8/16

Egypte: Le défenseur des droits humains, Ahmad Sayed Muhammad Sayed, condamné à deux ans de prison

Ahmad Sayed Muhammad Sayed Le défenseur des droits humains, Ahmad Sayed Muhammad Sayed, a été condamné à deux ans de prison le 3 août 2011, car il aurait « incité les citoyens à se rassembler » et pour avoir « attaqué » le leader du conseil de la ville d’Al Dakhila. Ahmad Sayed Muhammad Sayed est membre de l’Arab-European Centre of Human Rights and International Law (Le Centre Arabo-Européen pour les Droits Humains et le Droit International), une agence indépendante établie en 2003 afin de promouvoir les droits humains et de protéger les populations en danger en Egypte, y compris les victimes de crimes contre l’humanité et les réfugiés. === Informations Complémentaires === Le 3 août 2011, le Tribunal Militaire d’Asyut a reconnu Ahmad Sayed Muhammad Sayed coupable des charges mentionnées ci-dessus et l’a condamné, avec quatre autres personnes, à deux ans de prison. L’affaire d’ Ahmad Sayed Muhammad Sayed a été confiée au Procureur militaire d’Asyut le 22 juin 2011 et portée devant la Cour sous le numéro 2854-2011. Lors du procès, les normes internationales pour un procès équitable n’auraient pas été respectées – l’avocat d’ Ahmad Sayed Muhammad Sayed n’a pas été autorisé à faire comparaître un témoin devant la Cour, et n’a pas été autorisé à remettre en question les accusations portées contre son client. La Cour a refusé de recevoir les preuves ou d’entendre les allégations de torture à l'encontre de Ahmad Sayed Muhammad Sayed pendant sa détention. De plus, la Cour n’a pas ordonné d’examen médical afin de confirmer ou non ces allégations. Le 21 juin 2011, Ahmad Sayed Muhammad Sayed a été arrêté par la police d’ Al Dakhila alors qu’il interviewait des personnes qui manifestaient contre les politiques du Conseil devant les bureaux du Chef du Conseil de la ville. La manifestation s’était achevée par un conflit entre les manifestants et les responsables du Conseil et plusieurs personnes avaient été blessées. Pendant sa détention, Al Dakhila auraient été torturé et maltraité. Il aurait été violemment passé à tabac, forcé à rester debout face contre un mur pendant des heures, privé de nourriture, d’eau potable, et interdit d’utiliser les toilettes pendant 26 heures. Il semble que de telles mesures aient été employées afin de contraindre Ahmad Sayed Muhammad Sayed à avouer les accusations susmentionnées. Front Line est profondément préoccupée par la condamnation d’ Ahmad Sayed Muhammad Sayed à deux ans de prison, notamment au vu des allégations de torture qu’il aurait subit pendant sa détention préventive. Front Line pense qu’ Ahmad Sayed Muhammad Sayed a été arrêté uniquement à cause de son travail légitime en faveur des droits humains.

Action Update Needed. Before taking further action on this case please contact info@frontlinedefenders.org for further information