Posted 2011/6/15

Colombie: MISE A JOUR – Nouvelles menaces contre les défenseurs des droits humains membres du Movimiento de Víctimas de Crímenes de Estado – MOVICE

Les défenseur-ses des droits humains Juan David Díaz Chamorro, Ingrid Vergara Chavéz, Franklin Torres, Candelaria Barrios Acosta et Pedro Geney Arrieta ont récemment reçu de nouvelles menaces de mort à cause de leur travail en faveur des droits humains. Les cinq défenseur-ses des droits humains sont membres de la section du MOVICE (Mouvement des Victimes de Crimes d’Etats), dans le département de Sucre. Juan David Díaz Chamorro, Ingrid Vergara Chavéz et Franklin Torres bénéficient actuellement de mesures de protection de la Comisión Interamericana de Derechos Humanos –CIDH (Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme).

Informations Complémentaires

Le 10 juin 2011, Ingrid Vergara Chavéz, Franklin Torres, Candelaria Barrios Acosta et Pedro Geney Arrieta ont reçu un e-mail contenant des menaces de mort signées « aguilas volando » (aigles qui volent). Le courrier électronique avertissait les trois derniers défenseurs « Hacemos un ultimo llamado de advertencia: tienen un ultimo plazo para salir de la zona...desde este preciso momento hasta el dia martes deberan abandonar la zona o seran ejecutados » (c’est le dernier avertissement : c’est votre dernière chance de sortir de la zone… A partir de ce moment précis et jusqu’à mardi vous devez quitter la zone ou vous serez exécutés). Le dernier paragraphe s’adressait à Ingrid Vergara Chavéz « Tu tendras que lamentar continumaos con la campana: Haga Patria, Mate a un guerrillero!!! » (Tu vas le regretter, on continue la campagne : pour la Patrie, tue un guérillero!!!).

Le 9 juin 2011, Juan David Díaz Chamorro a reçu un e-mail dont l’objet était « Muerte a miembros del MOVICE » (Mort aux membres du MOVICE). L’e-mail était signé « Aguilas Negras » (Aigles noirs) et déclarait que les auteurs avaient déjà tué deux membres du MOVICE cette année et qu’ils ne se reposeraient pas tant qu’ils ne les avaient pas tous exterminés. Les auteurs des menaces affirment connaître les faits et gestes des défenseur-ses des droits humains et ont ajouté un post-scriptum « Su mujer cada dia esta mas buena, su hijo lo sacan poco !pero lo sacan!,su hermana regreso y su madre esta escondida » (ta femme est chaque jour un peu plus belle, ton fils ne sort pas souvent, mais il sort! ta sœur est de retour et ta mère se cache).

Ces menaces font partie d’une campagne d’intimidation continue contre les membres du MOVICE. Front Line a déjà lancé plusieurs appels concernant ces menaces. Un appel lancé le 9 juin 2011 dénonçait les menaces de mort proférées contre les membres du MOVICE de Valle del Cauca. Un autre appel de Front Line lancé le 24 mai dénonçait les menaces de mort destinées à Candelaria Barrios Acosta, Ingrid Vergara Chavéz, Pedro Geney Arrieta et Franklin Torres. Ingrid Vergara Chavéz et Juan David Díaz Chamorro ont fait l’objet d’un appel le 9 février 2010 après avoir reçu d’autres menaces de mort.

Front Line pense que les menaces de mort contre Juan David Díaz Chamorro, Ingrid Vergara Chavéz, Franklin Torres, Candelaria Barrios Acosta et Pedro Geney Arrieta ont un lien direct avec leur travail en faveur des droits humains. Front Line réitère ses appels aux autorités colombiennes, afin qu’elles ouvrent une enquête immédiate et impartiale sur ces menaces de mort, avec l’objectif de traduire les coupables en justice et de garantir qu’en toutes circonstances, tou-tes les défenseur-ses des droits humains puissent mener à bien leur travail légitime et pacifique en faveur des droits humains, sans craindre ni restriction, ni représailles.

Lire le dernier article sur cette affaire

Lire un précédent article sur cette affaire

Lire un précédent article sur cette affaire