Posted 2012/11/23

Guatemala: Menaces et diffamation contre la défenseuse des droits humains Mme Claudia Samayoa

Mme Claudia Samayoa

Dans la semaine du 12 novembre 2012, la défenseuse des droits humains Mme Claudia Virginia Samayoa a été avertie qu'une attaque se préparait contre elle; cet avertissement fait partie d'une série de menaces et de déclarations diffamatoires la visant, ainsi que plusieurs autres défenseur-ses des droits humains.

Claudia Samayoa est coordinatrice de l'Unidad de Protección de Defensoras y Defensores de Derechos Humanos Guatemala – UDEFEGUA (Unité de protection des défenseuses et défenseurs des droits humains au Guatemala). L'Unité soutien le travail des défenseur-ses des droits humains en prévenant et en répondant aux risques liés à la sécurité, à travers un travail de suivi, de vérification et de plaidoyer.

Le 5 novembre 2012, elle a porté plainte auprès de la Commission Interaméricaine des droits humains pour dénoncer une déclaration qui circulait alors. Cette déclaration menaçait Claudia Samayoa et plusieurs autres personnes, et les accusait de prendre part à des activités terroristes et d'alimenter les hostilités contre le monde des affaires. Cette déclaration, qui aurait été prononcée lors d'une conférence de presse le 15 octobre 2012, aurait été diffusée pendant plusieurs jours avant que Claudia Samayoa n'apprenne son existence, le 19 octobre. La Fundación Contra el Terrorismo (fondation contre le terrorisme) est à l'origine de cette déclaration, et mentionne Claudia Samayoa par son nom et comme une personne contre le commerce et sympathisante du terrorisme. Elle prétend que la défenseuse soutient le terrorisme en finançant des "organisations déstabilisantes" et participant à un complot avec deux autres personnalités de la société civile, accusées d'appartenir à l'ancienne guérilla et d'avoir participé à l'enlèvement et à la torture du directeur de la Fundación Contra el Terrorismo en 1982.

La déclaration se poursuit en établissant un lien entre la défenseuse et plusieurs conflits violents qui ont éclaté récemment entre l'armée et la population locale et lors desquels des militaires ont été blessés. La déclaration sous-entend que Claudia Samayoa et d'autres personnes sont responsables de ces incidents pour avoir "incité" les gens. La dernière partie du document appelle directement les autorités de l'État et les forces armées à s'assurer que tous ceux jugés complices dans les "procès politiques" contre l'armée soient tenus pour responsables et obligés à payer pour avoir tenté de changer l'histoire. Dans la semaine du 12 novembre 2012, Claudia Samayoa et un membre du bureau des droits humains de l'Archevêque du Guatemala ont été informés qu'ils allaient être la cible d'une attaque.

L'UDEFEGUA a déjà été menacé par le passé et en février 2010, la voiture de Claudia Samayoa a été sabotée dans le but de causer un accident. Front Line Defenders avait lancé un appel urgent au sujet des menaces contre l'organisation le 10 mars 2010. Suite à cela, la Commission Interaméricaine des droits humains avait estimé qu'il était nécessaire de mettre en place des mesures de protection en faveur de Claudia Samayoa et d'autres membres de l'UDEFEGUA.

Une mise à jour est nécessaire pour cette action. Avant de poursuivre cette action, contactez info@frontlinedefenders.org pour plus d'informations