Posted 2011/7/11

Malaisie: Ordre de restriction contre 15 défenseur-ses des droits humains reconnu-es, dans le cadre des préparatifs de manifestations

Le 7 juillet 2011, un ordre de restriction a été prononcé contre 15 défenseur-ses des droits humains de premier plan, les empêchant d'entrer, séjourner ou passer par Kuala Lumpur avant les manifestations prévues. Les personnes citées dans cet ordre de restriction risquent d'être arrêtées si elles se rendent dans la capitale.

Informations Complémentaires

Les quinze défenseur-ses des droits humains sont:

1. Mme Datuk Ambiga Sreenevasan, Présidente, Coalition pour des élections sans tâches et équitables (Bersih); 2. Mme Maria Chin Abdullah, Présidente, Empower; 3. M. Yap Swee Seng, Directeur, Forum asiatique pour les droits humains et le développement (FORUM-ASIA); 4. M. Ong Boon Keong, militant écologiste et défenseur des droits humains; 5. Mme Enalini A/P Elumalai, Coordinatrice des programmes, Suara Rakyat Malaysia (Suaram); 6. M. Zaid bin Kamuruddin, membre du comité de pilotage, Coalition pour des élections sans tâches et équitables (Bersih); 7. M. Syed Shahir, ancien Président et membre, Malaysian Trade Union Congress (MTUC); 8. M. Wong Chin Huat, expert en science politique et membre de la Coalition pour des élections sans tâches et équitables (Bersih); 9. M. Syed Ibrahim, membre, Malaysians for Free and Fair Elections –MANFREL (Malaisiens pour des élections libres et équitables); 10. M. Haris Ibrahim, membre du comité de pilotage, Coalition pour des élections sans tâches et équitables (Bersih); 11. Mme Fadiah Nadwa, Coordinatrice du secrétariat, Lawyer for Liberty, et membre du secrétariat, Suara Rakyat Malaysia (SUARAM); 12. M. Kohila A/P Yanasekaran, Network of Oppressed Peoples – JERIT (Réseau des personnes opprimées); 13. M. Muhammad Hilman Idham, Malaysian Students Solidarity –SMM (Solidarité des étudiants malaisiens); M. Mohd Shukri Che Ab Razab, President, Malaysian Students Solidarity (SMM); 15. Arutchelvan A/L Subramaniam, Directeur, Suara Rakyat Malaysia (Suaram).

Le 7 juillet 2011, la Cour a prononcé un ordre interdisant 91 personnes, dont 15 défenseur-ses des droits humains, de séjourner ou d'entrer à Kuala Lumpur. Les autres personnes sont membres de partis politiques. Selon la Section 98 du Code des Procédures Criminelles, l'interdiction est effective pour un maximum de sept jours.

L'ordre de restriction stipule qu'un magistrat peut "ordonner à toute personne de s'abstenir de faire certains actes […] si le magistrat considère que l'ordre empêchera ou tendra à empêcher l'entrave, le mécontentement ou les blessures, de toute personne employée légalement, ou la mise en danger de la vie humaine, de la santé ou de la sécurité, ou toute échauffourée". La plupart des défenseur-ses des droits humains sont affilié-es à la Coalition pour des élections sans tâches et équitables (Bersih), une coalition de 62 organisations de la société civile, indépendantes et non partisanes, qui ont prévu d'organiser une "marche pour la démocratie" le 9 juillet 2011, appelant le gouvernement à organiser des élections libres et équitables, et à ce que toutes les institutions publiques agissent indépendamment, respectent la loi et protègent les droits humains. Le gouvernement malaisien juge que cette manifestation est illégale.

Le porte-parole de la police malaisienne a aussi déclaré que, en plus de ne pas avoir le droit d'entrer, ou séjourner à Kuala Lumpur, les défenseur-ses des droits humains n'ont pas le droit de traverser la ville entre 08h00 et 18h00, que cela soit à pied ou en transport public ou privé. Si elles ne respectent pas cet ordre, elles encourent jusqu'à 6 mois de prison, et/ou une amende pouvant atteindre 2000RM (468€).

Cet ordre de restriction imposé par la cour fait partie d'une campagne d'intimidation et de harcèlement contre les défenseur-ses des droits humains à l'origine de la manifestation mentionnée ci-dessus. Le 30 juin 2011, sept défenseur-ses des droits humains du secrétariat de Bersih ont été brièvement arrêté-es lors de la perquisition de leur bureau par la police malaisienne. Des ordinateurs portables et de bureau et du matériel lié à la manifestation ont été saisis.

Front Line pense que cette intimidation et le harcèlement des défenseur-ses des droits humains ont un lien direct avec leur travail pacifique et légitime en faveur des droits humains, et notamment leur participation pour organiser la manifestation qui était prévue le 9 juillet 2011.

Front Line pense que les membres de Suara Rakyat Malaysia (Suaram) et Asian Forum for Human Rights and Development (FORUM-ASIA) sont pris pour cible pour avoir publié une déclaration appelant les autorités à ne pas arrêter et détenir les personnes liées à Bersih.

Action Update Needed. Before taking further action on this case please contact info@frontlinedefenders.org for further information