Posted 2011/3/16

RDC: MISE A JOUR – De nouvelles preuves mettent en lumière le possible rôle central de la police dans l’affaire de Floribert Chebeya Bahizire

Front Line a reçu une nouvelle information qui vient renforcer la thèse de l’implication de la police dans le meurtre de Floribert Chebeya Bahizire. Un nouveau témoin déclare avoir vu des officiers transporter et abandonner le corps de Floribert. Cette nouvelle preuve semble confirmer le rôle central de la police dans le meurtre de Floribert.

Le 28 octobre 2010, un juge de l’armée (Auditorat Général des Forces Armées), a annoncé que l'enquête sur le meurtre du défenseur des droits humains M. Floribert Chebeya Bahizire et de Fidele Bazana Edadi était terminée. Le 10 novembre 2010, il avait été annoncé que le procès débuterait le 12 novembre 2010 à 09h00 au Tribunal militaire de Kinshasa Gombe.

Huit policiers, y compris le chef de la section des enquêtes de la police nationale, Colonel Daniel Mukalay, ont été jugés pour enlèvement et meurtre. Front Line réitère sa demande que les coupables ainsi que les commanditaires du meurtre soient traduits en justice.

Informations Complémentaires

Un témoin a déclaré à la Cour que des habitants d'un quartier de la banlieue de Kinshasa, dont il n’a pas pu retrouver la trace, lui ont affirmé avoir vu deux jeeps de la police arriver près de chez eux en périphérie de Kinshasa, accompagnées de la voiture de Chebeya.

Les véhicules se sont arrêtés sur le bord de la route et la personne qui conduisait la voiture de l’activiste est sortie et a pris place à bord d’une jeep de la police. Les jeeps ont ensuite pris la direction de Kinshasa, a-t-elle ajouté.

Cette nouvelle preuve, qui vient renforcer l’implication de la police, souligne la nécessité d’une enquête, de la racine jusqu'aux ramifications, sur le rôle de la police dans cette affaire.

Il doit y avoir une enquête sur les coupables et commanditaires du crime, afin qu’ils soient traduits en justice.

Chebeya, 47 ans, qui dirigeait l’éminente organisation La Voix des Sans Voix (VSV), a disparu le 1er juin, après être allé au siège de la police à Kinshasa.

Il a été retrouvé le lendemain, ligoté à l’arrière de sa voiture, alors que son chauffeur était toujours porté disparu.

Chebeya, né en 1963, avait fondé VSV en 1983 et dénonçait l’injustice, l’absence de libertés civiles et la persécution des figures de l’opposition sous la dictature de Mobutu Sese Seko».

Action Update Needed. Before taking further action on this case please contact info@frontlinedefenders.org for further information